Home || Permalink
U N I T E D N A T I O N S

Distr.
RESTRICTED

A/AC.25/SR.177
22 August 1950

FRENCH
Original: ENGLISH




COMMISSION DE CONCILIATION DES NATIONS UNIES POUR LA PALESTINE

COMPTE-RENDU ANALYTIQUE DE LA CENT SOIXANTE-DIX-SEPTIEME SEANCE
tenue à Government House, Jérusalem
le mardi 22 août 1950, à 10 heures.

Présents:
M. PALMER (Etats-Unis d'Amérique)Président
M. de BOISANGER (France)
M. ARAS (Turquie)
M. de AZCARATESecrétaire principal

1. Proposition concernant la création du Comité spécial

Le PRESIDENT informe la Commission que la veille, au cours de sa visite à Amman, il a obtenu quelques précisions sur l’attitude du Gouvernement jordanien à l’égard du Comité spécial. Il est maintenant établi qu’il n’est pas dans l’intention du Gouvernement jordanien de poser des conditions préalables à la reconstitution de ce Comité. C’est pour l’information de la Commission que, dans sa déclaration du 14 août, le Premier Ministre avait mentionné certaines questions. Ce sont la des questions dont le Gouvernement jordanien pourrait proposer l’inscription à l’ordre du jour du Comité spécial, à côté d’autres questions comme peut-être celle de l’accès de la Jordanie à la mer.

Le Président a également appris que les représentants désignés par la Jordanie pour siéger au Comité spécial n’ont pas encore reçu d’instructions au sujet des questions qu’ils auront à soulever au sein de ce Comité. En outre, aucune décision n’a été prise quant aux pouvoirs qui leur seraient conférés.

En ce qui concerne le Comité composé de quatre Ministres du Cabinet jordanien,. dont la Commission a entendu parler antérieurement, il est clair que cet organe n’a pas été créé pour traiter spécialement des affaires du Comité spécial, mais qu’il s’agit d’un Comité inter-ministériel qui aura pour rôle de conseiller le Gouvernement en ce qui concerne ses relations avec la Commission de conciliation ou tout autre organe des Nations Unies traitant des questions de Palestine Les représentants jordaniens au Comité spécial feront rapport à leur Gouvernement, comme il est d’usage.

Le Premier Ministre a également donné au Président quelques explications au sujet du groupe consultatif composé d’environ seize Palestiniens n’ayant pas de fonctions politiques. Ce groupe serait sans doute d’une grands utilité pour la Gouvernement, qu’il pourrait tenir au courant des sentiments de l’opinion palestinienne.

Le Président a appris que Asmi Bey Nashashibi (second représentant jordanien au Comité spécial), et M. Biran (représentant d’Israël) avaient eu une conversation au cours de laquelle tous deux avaient émis.des doutes quant au succès des travaux du Comité. M. Biran aurait déclaré à M. Nashashibi qu’il serait disposé à débattre toutes les questions qui pourraient être soulevées, mais qu’un accord ne pourrait intervenir que sur la base de concessions mutuelles. Il a déclaré que, pour son Gouvernement, le temps des concessions unilatérales était passé.

Au cours d’un entretien privé, M. Biran a demandé au Président quelle était, de l’avis de la Commission, la raison pour laquelle le Gouvernement jordanien désirait voir reprendre les travaux du Comité spécial, étant donné en particulier l’attitude de la Ligue arabe à l’endroit d’un règlement de paix définitif. Il se demandait ce qui se passerait si la Ligue arabe décidait de se refuser à toutes négociations avec Israël et si la Jordanie se ralliait à cette décision. Le Président a déclaré clue la décision du Gouvernement jordanien semble indiquer que ce dernier comprend qu’il est souhaitable pour Israël comme pour la Jordanie que se règlent les questions en suspens entre les deux pays. La Jordanie semble également comprendre qu’en s’engageant dans cette voie, il sera possible, plus tard„ en élargissant la base de discussion, de s’acheminer vers la paix.

En réponse à une question de M. de BOISANGER, le Président déclare avoir signalé au Gouvernement de la Jordanie que M. Shiloah était prêt à représenter Israël au Comité spécial, à condition que la Jordanie s’y fasse représenter par une personnalité occupant dans le domaine politique une situation équivalente.

Après un échange de vues, la Commission décide qu’en réponse au Ministre des affaires étrangères d’Israël, qui avait demandé des précisions sur ce que le Premier Ministre de Jordanie entendait par des « manifestations de bonne volonté », on pourrait indiquer que le Gouvernement de la Jordanie ne pose aucune condition préalable à l’établissement du Comité spécial, mais il lui parfait indispensable, pour arriver à des résultats concrets, qu’au cours des travaux de ce Comité, Israël donne quelque preuve, de bonne volonté. La Commission pourrait ajouter qu’à son avis, le Gouvernement jordanien désire sincèrement voir le Comité spécial travailler avec fruit.

Etant donné que le Président a déjà à M. Biran, dans une privée, les explications qui précédent, la Commission décide de demander à M. Biran de transmettre au Ministre des Affaires étrangères les remarques du Président, et de lui signaler en même temps que la Commission confirmera officiellement ces indications é son prochain entretien avec M. Sharett.

2. Report au Secrétaire général

La Commission décide que le Comité général se réunira dans l’après-midi pour examiner le texte du rapport qui a été distribué aux membres de la Commission.

Sur la proposition du PRESIDENT, la Commission reconnaît qu’avant de quitter Jérusalem, il serait souhaitable de terminer le rapport, qui contient l’historique des travaux de la Commission et rend compte de ses visites dans les diverges capitales. L’analyse de la situation actuelle, ainsi que les recommandations ou suggestions que la Commission déciderait, le cas échéant, de présenter, pourraient être préparées lors de la reprise des travaux à New-York.

3. Visites de la Commission à Damas et à Beyrouth

Il est décidé qu’au cours des entretiens de la Commission avec les Gouvernements syrien et libanais„ le Président donnera lecture d’une déclaration sensiblement analogue à celles qu’il a faites devant les Gouvernements égyptien et jordanien.

La séance est levée à 11 heures 20.


Document in PDF format

Création d’un Comité spécial – 177e séance de CCNUP (Jérusalem) – Compte rendu Français