Question of Palestine home || Permalink || About UNISPAL || Search

Arabic
Follow UNISPAL RSS Twitter

Source: Committee on the Exercise of the Inalienable Rights of the Palestinian People (CEIRPP)
29 June 2011
UNITED NATIONS
INTERNATIONAL MEETING IN SUPPORT OF
THE ISRAELI-PALESTINIAN PEACE PROCESS

The role of Europe in advancing Palestinian statehood and achieving peace
between Israelis and Palestinians

Brussels, 28 and 29 June 2011
______________________________________________________________________________



CONCLUDING STATEMENT OF THE ORGANIZERS



1. The International Meeting in Support of the Israeli-Palestinian Peace Process was held under the auspices of the Committee on the Exercise of the Inalienable Rights of the Palestinian People of the United Nations in Brussels on 28 and 29 June 2011.

2. The Meeting aimed at contributing to international efforts at achieving peace between Israelis and Palestinians by looking at the role of Europe in advancing a two-State solution. It took stock of 20 years of European efforts to promote Israeli-Palestinian peacemaking; examined current efforts at resuming direct negotiations for a permanent settlement; and looked at other possible options, including achieving a two-State solution through multilateral mechanisms. The Meeting considered current European political initiatives, including the parameters for a negotiated settlement, endorsed by the European Union in April 2011, as well as the role of parliamentarians and civil society in promoting peace.

3. At the outset of the Meeting, the Participants reviewed the European role during the past 20 years of efforts to promote Israeli-Palestinian peace. They acknowledged the Madrid Peace Conference of 1991 as a decisive step towards initiating a political process and negotiations between the parties. Its terms of reference, including the land-for-peace formula, provided the vision for ending the Israeli occupation of Arab lands that started on 4th of June 1967 and achieving peace between Israel and all its neighbours. They also assessed the Oslo process that started with the signing of the Oslo accords in 1993 as a result of direct negotiations between Israel and the Palestine Liberation Organization. It led to the establishment of the Palestinian Authority and its various self-governing institutions. In the absence of a breakthrough in the political process, the Quartet, with the active participation of the European Union, developed in 2003 the Road Map – a performance-based guide to a permanent two-State solution of the conflict. European countries had played and continue to play an important role in all stages of that process. These efforts were complemented by initiatives of other countries or group of countries, namely the United States under the Clinton Administration producing important parameters for a solution and the Arab Peace Initiative of 2002. These milestone initiatives in Middle East peacemaking were geared towards building confidence and trust between the parties, and, with the assistance of the wider international community, arrive at a solution of all permanent status issues: borders, security, Jerusalem, settlements, refugees and water. The Organizers shared the serious concern expressed by many Participants that these various initiatives had not so far led to a comprehensive, just and lasting solution of the Israeli-Palestinian conflict. Nevertheless, they produced a set of principles for a solution recognized by the Palestinian side and the world community. The time has come for the vision of two States, Israel and Palestine, living side by side in peace and security within mutually recognized borders, to take shape, with the independence of a sovereign and viable State of Palestine.

4. The Participants looked into the current state of affairs in the political process between the Israelis and the Palestinians, regretting the prolonged impasse of the peace efforts and reiterating their full support for the revival of the Middle East peace process, based on relevant Security Council resolutions, the Madrid terms of reference, including the principle of land for peace, the Quartet’s Road Map, the Arab Peace Initiative and the existing agreements between the Israeli and Palestinian sides. The Organizers urged the parties to resume, without delay, direct negotiations, on the basis of the well-known and globally-accepted parameters, which was the preferred path to the resolution of the conflict by the international community. The Organizers appreciate that the Participants had stated their firm commitment to ending the Israeli occupation which started on 4 June 1967 in order to achieve a permanent two-State solution in which Israel and Palestine would live side by side in peace and security within mutually recognized borders.

5. The Organizers once again emphasized that developments on the ground are critical and crucial in creating a climate conducive to a resumption of negotiations. They reiterate that Israeli settlements and the separation wall built on Palestinian land are illegal under international law and represent an obstacle to peace and should be stopped in the OPT including East Jerusalem.

6. The Participants pointed out that the fundamental changes sweeping across the Arab world have made the need for progress on the Middle East peace process all the more urgent. The Organizers agree it is imperative to redouble efforts to break the deadlock and ensure the legitimate aspirations of the Palestinian people for independence in their State of Palestine. Reaching a solution between Israel and the Palestinians would also be an important stabilizing force in the wider Middle East.

7. The Organizers and the Participants appreciate the European Union’s political support towards the resumption of the peace process, and its position on the key parameters and principles, set out in the Council of the European Union’s Conclusions of December 2009 and reaffirmed in its Conclusions in December 2010. These include the European Union’s position not to recognize any changes to the pre-1967 borders, including with regard to Jerusalem, other than those agreed by the parties, and its support towards finding a solution to resolve the status of Jerusalem as the future capital of two States.
8. The Organizers together with a number of Participants welcomed the Joint Security Council Statement by the United Kingdom, France and Germany, as well as of Portugal, of February 2011, subsequently endorsed by the European Union, which called for the creation of the Palestinian State on pre-1967 borders, with agreed land swaps, an immediate halt to settlement activity, a just, fair and agreed solution to the question of Palestine refugees, and agreement on the status of Jerusalem as the future capital of both countries. The Statements also called for security arrangements that respect Palestinian sovereignty and protect Israel's security. The Participants also recalled the speech by President Barack Obama on 19 May 2011 which underscored the need to establish the Palestinian State on pre-1967 borders.

9. The Participants noted the important role played by the Quartet, and called on it to take the lead and convene an urgent meeting, as called for by the EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy, Catherine Ashton, in order to endorse parameters for a negotiated two-State settlement set out in the Joint Security Council Statement. The Participants also welcomed the initiative by France to convene a peace conference with both parties in July, in an effort to restart the negotiations with a view to achieving a solution to the conflict

10. The Organizers wish to reiterate the importance of the readiness of Palestinian institutions for statehood, referring to the assessments by the World Bank, the IMF, and the United Nations that the Palestinian Authority is above the threshold for a functioning State in the key sectors studied, and that Palestinian institutions compare favourably with those in established states; and the subsequent endorsement by the Ad Hoc Liaison Committee of these assessments.

11. The Organizers wish to express appreciation to the European Union for its political and financial support for the State-building process by the Palestinian Authority. The Participants noted the financial support provided by the European Union to the Palestinian Authority, through the European Commission, which represented the largest share of the multilateral assistance to the Palestinian Authority. The Participants praised the individual Member States of the European Union, some of which were among the main bilateral donors to the Palestinian Authority. The Participants also welcomed the signing, in April 2011, of the Agreement between the European Union and the Palestinian Authority, giving immediate access and full liberalization to all agricultural products, processed agricultural products and fish and fishery products originating in the West Bank and Gaza Strip, which will further facilitate Palestinian trade, a crucial element for an emerging viable State.

12. The Participants pointed out, however, that progress on the socio-economic front was not sufficient, as long as the main obstacle to the development, namely the occupation, was still in place. In particular, the Participants expressed frustration at the fact that the political track continued to fall behind the significant progress made by the Palestinian Authority in its State-building agenda.

13. The Organizers stressed the importance of Palestinian internal unity for the creation of the viable, sovereign and internationally recognized State of Palestine. They welcomed the reconciliation agreement concluded in April 2011 under the Egyptian auspices, and called on the parties to fully implement it. The Organizers wish to express appreciation for the continued efforts of Egypt to assist in bringing about Palestinian reconciliation. The Organizers welcome the support of the European Union of the Palestinian reconciliation efforts, based on the principles of non-violence, and its commitment to continue its support, including through direct financial assistance, for a new Palestinian Government composed of independent figures, as expressed in the conclusions of the Council of the European Union on 23 May 2011 and reaffirmed by the High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy.

14. The Participants noted that the month of September would be important for Palestinian and international efforts at bringing about Palestinian statehood. In particular, a number of factors will converge in September: President Obama’s target for a peace agreement between Israel and the Palestinians; the completion of the Palestinian two-year State-building programme; and the request by the Palestinians for the recognition of their statehood. The Participants noted the efforts of Palestine, the Arabs and others in advancing the cause of recognition and admission of Palestine as a member of the United Nations at the 66th session of the General Assembly which will start in September 2011.

15. In this regard, the Participants noted that Palestine has already been recognized as a State by a substantial number of countries. The Organizers endorse the call by the Participants on the European Union to collectively recognize the State of Palestine, as well as on its Member States to individually recognize the State of Palestine, if they have not already done so.

16. Turning to the national parliaments and inter-parliamentary organizations, and civil society organisations, the Participants pointed out the important role these organisations have played in advancing the Israeli-Palestinian political process, particularly through their work towards upholding international law and promoting an effective political dialogue aimed at resuming the negotiations and resolving all permanent status issues. The Organizers encourage these organisations to develop closer cooperation among themselves, with Israeli and Palestinian lawmakers and civil society organizations, and with the United Nations and its Committee on the Exercise of the Inalienable Rights of the Palestinian People, and remain closely engaged on the issue, with a view to supporting a comprehensive, just and lasting settlement of the question of Palestine.

17. The Organizers welcome the critical role played by the European Union and individual European States in achieving a durable peace in the Middle East. The Organizers reiterate their appreciation for the strong support by the officials of the European Union, as well as individual European Union Member States for broader international efforts at resolving the Israeli-Palestinian conflict. The Organizers encourage the policy-making organs of the European Union and its Member States to continue to play an active role in various aspects of the political process, in addition to the European Commission’s substantial economic assistance, including through supporting Palestinian statehood at the United Nations during the 66th session of the General Assembly starting in September 2011.

***

RÉUNION INTERNATIONALE DES NATIONS UNIES
À L’APPUI DU PROCESSUS DE PAIX
ISRAÉLO- PALESTINIENNE

Le rôle de l’Europe dans la promotion de la création d’un État palestinien
et l’instauration de la paix entre les Israéliens et les Palestiniens

Bruxelles les 28 et 29 juin 2011
_______________________________________________________________________________


OBSERVATIONS FINALES DES ORGANISATEURS


1. La Réunion internationale des Nations Unies à l’appui du processus de paix israélo-palestinien s’est tenue sous les auspices du Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, à Bruxelles, les 28 et 29 juin 2011.

2. La Réunion avait pour but de contribuer à l’action internationale visant à instaurer la paix entre Israéliens et Palestiniens, en examinant le rôle de l’Europe dans la promotion d’une solution prévoyant deux États. Les participants ont fait le bilan des efforts que l’Europe avait déployés au cours des 20 dernières années pour favoriser le rétablissement de la paix entre Israéliens et Palestiniens, examiné les initiatives engagées actuellement pour faire reprendre les négociations directes en vue d’un règlement permanent, et envisagé d’autres solutions possibles, notamment de parvenir à un règlement prévoyant la coexistence de deux États par l’entremise de mécanismes multilatéraux. Les participants se sont également intéressés aux initiatives politiques actuellement mises en œuvre à l’échelle européenne, notamment aux paramètres d’un règlement négocié approuvés par l’Union européenne en avril 2011, ainsi qu’à la contribution des parlementaires et de la société civile à la promotion de la paix.

3. Au début de la Réunion, les participants se sont penchés sur le rôle de l’Europe dans l’action menée au cours des 20 dernières années pour promouvoir la paix israélo-palestinienne. Ils ont noté que la Conférence de paix de Madrid, tenue en 1991, avait marqué une étape décisive vers l’ouverture d’un processus politique et de négociations entre les parties. Les principes énoncés à la Conférence, notamment l’échange de territoires contre la paix, ont jeté les bases de la cessation de l’occupation israélienne des territoires arabes qui avait commencé le 4 juin 1967 et de l’instauration de la paix entre Israël et l’ensemble de ses voisins. Ils ont également évalué le processus d’Oslo, amorcé à

la signature des accords d’Oslo en 1993 à l’issue de négociations directes menées entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine. Ce processus avait conduit à la création de l’Autorité palestinienne et de ses diverses institutions autonomes. Le processus politique ne progressant guère, en 2003, le Quatuor avait mis au point, avec la participation active de l’Union européenne, la Feuille de route, plan d’action axé sur les résultats en vue d’un règlement permanent du conflit israélo-palestinien prévoyant deux États. Les pays européens avaient joué et jouent encore un rôle important à toutes les étapes du processus. Des initiatives lancées par d’autres pays ou groupes de pays étaient venues s’ajouter à ces efforts, en particulier la définition, par les États-Unis de Clinton, d’importants paramètres en vue d’une solution, et l’Initiative de paix arabe, adoptée en 2002. Ces actions, déterminantes pour le rétablissement de la paix au Moyen-Orient, avaient pour objectif d’instaurer la confiance entre les parties et de parvenir, avec l’aide de la communauté internationale dans son ensemble, à un règlement de toutes les questions liées au statut permanent, à savoir, les frontières, la sécurité, Jérusalem, les implantations israéliennes, les réfugiés et l’approvisionnement en eau. Comme nombre de participants, les organisateurs se sont inquiétés que ces diverses initiatives n’aient pas permis jusqu’à présent de parvenir à un règlement global, juste et durable du conflit israélo-palestinien. Ils ont néanmoins présenté, à cette fin, un ensemble de principes, qui ont été reconnus par la partie palestinienne et la communauté internationale. Le moment est venu de donner corps à l’idée de deux États, Israël et la Palestine, vivant côte à côte dans la paix et la sécurité à l’intérieur de frontières mutuellement reconnues, avec un État de Palestine indépendant, souverain et viable.

4. Les participants ont examiné l’état actuel du processus politique entre Israéliens et Palestiniens, regrettant l’impasse persistante dans laquelle se trouvaient les efforts de paix et réaffirmant qu’ils appuyaient pleinement la relance du processus de paix au Moyen-Orient, sur la base des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, des principes de la Conférence de Madrid, notamment l’échange de territoires contre la paix, de la Feuille de route du Quatuor, de l’Initiative de paix arabe et des accords existants entre les parties israélienne et palestinienne. Les organisateurs ont exhorté les parties à reprendre immédiatement des négociations directes en s’appuyant sur les paramètres bien connus et universellement admis, qui constituent, aux yeux de la communauté internationale, le moyen privilégié de parvenir au règlement du conflit. Les organisateurs se sont félicités que les participants se soient dit fermement déterminés à mettre fin à l’occupation israélienne remontant au 4 juin 1967 afin de parvenir à un règlement permanent prévoyant deux États, Israël et la Palestine, qui vivraient côte à côte dans la paix et la sécurité dans des frontières mutuellement reconnues.

5. Les organisateurs ont de nouveau souligné que l’évolution de la situation sur le terrain jouait un rôle crucial pour créer des conditions propices à la reprise des négociations. Ils ont rappelé que les implantations israéliennes et le mur de séparation construit sur le territoire palestinien étaient illégaux au regard du droit international, constituaient un obstacle à la paix et devaient donc être éliminés dans les territoires palestiniens occupés, notamment à Jérusalem-Est.

6. Les participants ont fait remarquer que, du fait des profonds changements qui secouaient le monde arabe, il était d’autant plus urgent de faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient. Les organisateurs se sont accordés à dire qu’il fallait impérativement redoubler d’efforts pour sortir de l’impasse et réaliser l’aspiration légitime du peuple palestinien d’accéder à l’indépendance par la création de l’État de Palestine. Le règlement du conflit israélo-palestinien constituerait également un important facteur de stabilisation dans la région du Moyen-Orient.

7. Les organisateurs et les participants se sont félicités de l’appui politique de l’Union européenne à la reprise du processus de paix et de sa position sur les principaux paramètres et principes que le Conseil de l’Union européenne avait définis dans ses conclusions de décembre 2009 et réaffirmés dans ses conclusions de décembre 2010. L’Union européenne a notamment fait savoir qu’elle ne reconnaîtrait aucune modification du tracé des frontières d’avant 1967, y compris en ce qui concerne Jérusalem, qui n’auraient pas été approuvée par les parties, et qu’elle avait à cœur de trouver un moyen de régler la question du statut de Jérusalem, la future capitale des deux États.

8. Les organisateurs et nombre de participants ont accueilli avec satisfaction la déclaration conjointe du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne au sein du Conseil de sécurité, ainsi que celle du Portugal, publiées en février 2011 puis approuvées par l’Union européenne, qui appelaient à la création d’un État palestinien dans les frontières d’avant 1967, et prévoyaient des échanges de territoires décidés d’un commun accord, la cessation immédiate des activités d’implantation, un règlement juste et concerté de la question des réfugiés palestiniens et un accord concernant le statut de Jérusalem, la future capitale des deux pays. Les déclarations préconisaient également la mise en place de mesures de sécurité qui respecteraient la souveraineté palestinienne tout en assurant la sécurité d’Israël. Les participants ont également rappelé le discours prononcé par le Président Barack Obama le 19 mai 2011, qui soulignait la nécessité de créer un État palestinien fondé sur les frontières d’avant 1967.

9. Les participants ont noté le rôle important joué par le Quatuor et ont prié celui-ci de montrer la voie et de convoquer une réunion d’urgence, ainsi que l’a demandé la Haut-Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, de manière à adopter les paramètres nécessaires pour parvenir au règlement négocié reposant sur le principe de deux États décrit dans la déclaration commune du Conseil de sécurité. Les participants se sont également félicités de l’initiative prise par la France de convoquer une conférence de la paix avec les deux parties en juillet, afin d’essayer de relancer les négociations et de trouver une solution au conflit.

10. Les organisateurs souhaitent réitérer combien il est important que les institutions palestiniennes soient préparées à l’édification d’un État et se réfèrent aux évaluations faites par la Banque mondiale, le FMI et l’Organisation des Nations Unies selon lesquelles l’Autorité palestinienne fonctionne largement comme un État dans les secteurs clefs examinés et les institutions palestiniennes soutiennent tout à fait la comparaison avec celles d’États établis, et réaffirmer que le Comité spécial de liaison a avalisé ces évaluations.
11. Les organisateurs souhaitent remercier l’Union européenne de son appui financier et politique au processus d’édification d’un État par l’Autorité palestinienne. Les participants ont pris acte du soutien financier apporté par l’Union européenne à l’Autorité palestinienne, par le biais de la Commission européenne, qui a représenté la part la plus importante de l’assistance multilatérale dont a bénéficié l’Autorité. Les participants ont félicité les États membres de l’Union européenne, dont certains ont figuré parmi les principaux donateurs bilatéraux à l’Autorité palestinienne. Ils se sont également félicités de la signature en avril 2011 de l’Accord entre l’Union européenne et l’Autorité palestinienne autorisant le libre accès immédiat au marché européen de tous les produits agricoles, produits agricoles transformés et poissons et produits de la pêche venant de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, qui facilitera encore le commerce palestinien, élément crucial d’un État émergent viable.

12. Les participants ont toutefois souligné que les progrès sur le plan socioéconomique étaient loin d’être suffisants, le principal obstacle au développement, à savoir l’occupation, n’ayant pas encore été supprimé. Les participants se sont notamment déclarés frustrés par le fait que le processus politique continuait de prendre du retard par rapport aux progrès considérables réalisés par l’Autorité palestinienne dans son programme d’édification d’un État.

13. Les organisateurs ont souligné l’importance de l’unité palestinienne interne pour la création d’un État de Palestine viable, souverain et reconnu par la communauté internationale. Ils se sont félicités de l’accord de réconciliation conclu en avril 2011 sous les auspices de l’Égypte et ont prié les parties de le mettre pleinement en œuvre. Ils souhaitent remercier l’Égypte pour les efforts qu’elle n’a cessé de déployer aux fins de la réconciliation palestinienne. Ils se félicitent de l’appui apporté par l’Union européenne aux efforts de réconciliation palestiniens se fondant sur les principes de la non-violence et de son intention déclarée de continuer sur cette voie, notamment par le biais d’une assistance financière directe à un nouveau Gouvernement palestinien composé de personnalités indépendantes, comme indiqué dans les conclusions du Conseil de l’Union européenne le 23 mai 2011 et réaffirmé par la Haut-Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

14. Les participants ont noté que le mois de septembre serait important pour les efforts palestiniens et internationaux d’édification d’un État palestinien. Un certain nombre d’éléments seront notamment réunis en septembre : l’échéance fixée par le Président Obama pour un accord de paix entre Israël et les Palestiniens; l’achèvement du programme de deux ans d’édification d’un État palestinien; et la requête présentée par les Palestiniens d’obtenir le statut d’État. Les participants ont noté les efforts déployés par la Palestine, les Arabes et autres parties pour que la Palestine soit reconnue en tant qu’État et qu’elle devienne Membre de l’Organisation des Nations Unies à la soixante-sixième session de l’Assemblée générale, qui commencera en septembre 2011.

15. À cet égard, les participants ont noté que la Palestine avait déjà été reconnue en tant qu’État par un nombre non négligeable de pays. Les organisateurs font sien l’appel lancé par les participants à l’Union européenne pour qu’elle reconnaisse collectivement l’État palestinien ainsi qu’à ses États membres pour qu’ils fassent de même individuellement, s’ils ne l’ont pas encore fait.

16. S’agissant des parlements nationaux, des organisations interparlementaires et des organisations de la société civile, les participants ont souligné le rôle important que ces entités avaient joué pour faire avancer le processus politique israélo-palestinien, notamment en s’employant à faire prévaloir le droit international et en promouvant un dialogue politique efficace visant la reprise des négociations et le règlement de l’ensemble des questions ayant trait au statut permanent. Les organisateurs encouragent ces entités à renforcer leur coopération, entre elles, avec les parlementaires israéliens et palestiniens et avec les organisations de la société civile, ainsi qu’avec l’Organisation des Nations Unies et son comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, et à suivre la situation de près afin de soutenir un règlement global, juste et durable de la question de Palestine.

17. Les organisateurs se félicitent du rôle de premier plan joué par l’Union européenne et les États européens individuellement pour instaurer une paix durable au Moyen-Orient. Ils se félicitent de nouveau de l’appui important apporté par les responsables de l’Union européenne ainsi que par les États membres de l’Union individuellement aux vastes efforts internationaux visant à résoudre le conflit israélo-palestinien. Ils encouragent les organes directeurs de l’Union européenne et de ses États membres à continuer de jouer un rôle actif dans divers aspects du processus politique autres que l’importante aide économique de la Commission européenne, notamment en soutenant l’accession au statut d’État de la Palestine lors de la soixante-sixième session de l’Assemblée générale des Nations Unies qui commencera en septembre 2011.

Follow UNISPAL RSS Twitter