Question of Palestine home || Permalink || About UNISPAL || Search

Follow UNISPAL RSS Twitter

Source: International Court of Justice (ICJ)
24 February 2004


CR 2004/4

International Court
of Justice
Cour internationale
de Justice
THE HAGUE
LA HAYE


YEAR 2004


Public sitting

held on Tuesday 24 February 2004, at 3 p.m., at the Peace Palace,

President Shi presiding,

on the Legal Consequences of the Construction of a Wall
in the Occupied Palestinian Territory
(Request for advisory opinion submitted by the General Assembly of the United Nations)


________________

VERBATIM RECORD
________________


ANNÉE 2004


Audience publique

tenue le mardi 24 février 2004, à 15 heures, au Palais de la Paix,

sous la présidence de M. Shi, président,

sur les Conséquences juridiques de l’édification d’un mur
dans le Territoire palestinien occupé
(Demande d’avis consultatif soumise par l’Assemblée générale des Nations Unies)

____________________

COMPTE RENDU
____________________


Present:PresidentShi
Vice-PresidentRanjeva
JudgesGuillaume
Koroma
Vereshchetin
Higgins
Parra-Aranguren
Kooijmans
Rezek
Al-Khasawneh
Buergenthal
Elaraby
Owada
Simma
Tomka
RegistrarCouvreur

¾¾¾¾¾¾
Présents :M.Shi, président
M.Ranjeva, vice-président
MM.Guillaume
Koroma
Vereshchetin
MmeHiggins
MM. Parra-Aranguren
Kooijmans
Rezek
Al-Khasawneh
Buergenthal
Elaraby
Owada
Simma
Tomka, juges
M. Couvreur, greffier


Palestine is represent by:

H.E. Mr. Nasser Al-Kidwa, Ambassador, Permanent Observer of Palestine to the United Nations;

Mr. Georges Abi-Saab, Professor of International Law, Graduate Institute of International Studies, Geneva, Member of the Institute of International Law, Counsel and Advocate;

Mr. James Crawford, Whewell Professor of International Law, University of Cambridge;

Mr. Vaughan Lowe, Chichele Professor of International Law, University of Oxford, Counsel and Advocate;

Mr. Jean Salmon, Professor Emeritus of International Law, Université libre de Bruxelles, Member of the Institute of International Law, Counsel and Advocate;

Mr. Peter Bekker, Member of the Bar of New York, Senior Counsel;

Mr. Anis Kassim, Member of the Bar of the Hashemite Kingdom of Jordan, Senior Counsel;

Mr. Raja Aziz Shehadeh, Barrister at law, Ramallah, Palestine, Senior Counsel;

Ms Stephanie Koury, Member, Negotiations Support Unit, Counsel;

Mr. Jarat Chopra, Member, Negotiations Support Unit, Professor of International Law, Brown University, Counsel;

Mr. Rami Shehadeh, Member, Negotiations Support Unit, Counsel;

H.E. Mr. Yousef Habbab, Ambassador, General Delegate of Palestine to the Netherlands, Adviser;

Mr. Muin Shreim, Counsellor, Permanent Observer Mission of Palestine to the United Nations, Adviser;

Ms Feda Abdelhady Nasser, Counsellor, Permanent Observer Mission of Palestine to the United Nations, Adviser;

Mr. Michael Tarazi, Member, Negotiations Support Unit, Adviser/Media Co-ordinator;

Ms Kylie Evans, Lauterpacht Research Centre for International Law, University of Cambridge;

Mr. François Dubuisson, Centre de droit international de l’Université libre de Bruxelles;

Mr. Markus W. Gehring, Yale University;

Mr. Jafer Shadid, delegation of Palestine in the Netherlands.


The Republic of South Africa is represented by:

H.E. Mr. Aziz Pahad, Deputy Minister for Foreign Affairs and Leader of the Delegation;

H.E. Ms P. Jana, Ambassador of the Republic of South Africa to the Kingdom of the Netherlands and diplomatic representative to the International Court of Justice;

H.E. Mr. D. S. Kumalo, Permanent Representative of the Republic of South Africa to the United Nations;

Mr. M. R. W. Madlanga, S.C.;

Ms J. G. S. de Wet, Acting Chief State Law Adviser (International Law), Department of Foreign Affairs;

Mr. A. Stemmet, Senior State Law Adviser (International Law) Department of Foreign Affairs;

Ms T. Lujiza, State Law Adviser (International Law) Department of Foreign Affairs;

Mr. I. Mogotsi, Director, Middle East Department of Foreign Affairs.


The People's Democratic Republic of Algeria is represented by:

H.E. Mr. Noureddine Djoudi, Ambassador of Algeria to the Kingdom of the Netherlands;

Mr. Ahmed Laraba, Professor of International Law;

Mr. Mohamed Habchi, Member of the Constitutional Council;

Mr. Abdelkader Cherbal, Member of the Constitutional Council;

Mr. Merzak Bedjaoui, Director of Legal Affairs, Ministry of Foreign Affairs.


The Kingdom of Saudi Arabia is represented by:

H.E. Mr. Fawzi A. Shobokshi, Ambassador and Permanent Representative of the Kingdom of Saudi Arabia to the United Nations in New York, Head of Delegation;

H.E. Mr. Hazim Karakotly, Minister plenipotentiary, Ministry of Foreign Affairs in Riyadh;

Mr. Samir Aqqad, First Secretary in the Ministry of Foreign Affairs in Riyadh;

Mr. Saud Al-Shawaf, member;

Mr. Ziyad Alsudairi, member;

Mr. Muhammed Omar Al-Madani, member;

Mr. Khaled Al-Thubaiti, member;

Mr. Brian Vohrer, member;

Mr. David Colson, member.


The People's Republic of Bangladesh is represented by:

H.E. Mr. Liaquat Ali Choudhury, Ambassador of Bangladesh to the Netherlands;

Ms Naureen Ahsan, First Secretary at the Embassy of Bangladesh in The Hague.


Belize is represented by:

H.E. Mr. Bassam Freiha, Permanent Representative of Belize to Unesco;

Mr. Jean-Marc Sorel, Professor at the Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne);

Ms Mireille Cailbault.


The Republic of Cuba is represented by:

H.E. Mr. Abelardo Moreno Fernández, Deputy Minister for Foreign Affairs;

H.E. Mr. Elio Rodríguez Perdomo, Ambassador Extraordinary and Plenipotentiary to the Kingdom of the Netherlands;

Mr. Enrique Prieto López, Minister Counsellor at the Embassy of Cuba in the Netherlands;

Mrs. Soraya E. Alvarez Núñez, Official of the Multilateral Affairs Division, Ministry of Foreign Affairs.


The Republic of Indonesia is represented by:

H.E. Mr. Mohammad Jusuf, Ambassador the Republic of Indonesia to the Kingdom of the Netherlands, Head of Delegation;

Ms Nuni Turnijati Djoko, Minister, Deputy Chief of Mission, member;

Mr. Mulya Wirana, Counsellor (Political Affairs), member;

Col. A Subandi, Defence Attaché, member;

Mrs. Kusuma N. Lubis, Counsellor (Information Affairs), member;

Mr. Sulaiman Syarif, First Secretary (Political Affairs), member;

Mr. Daniel T. S. Simanjuntak, Third Secretary (Political Affairs), member.


The Hashemite Kingdom of Jordan is represented by:

H.R.H. Ambassador Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussien, Head of the Delegation and Permanent Representative of the Hashemite Kingdom of Jordan to the United Nations, New York;

H.E. Mr. Mazen Armouti, Ambassador of the Hashemite Kingdom of Jordan to the Kingdom of the Netherlands;

Sir Arthur Watts, Senior Legal Adviser to the Government of the Hashemite Kingdom of Jordan;

Mr. Guy Goodwin-Gill, Legal Adviser to the Government of the Hashemite Kingdom of Jordan;

Mr. Bisher Al Khasawneh, Legal Adviser;

Mr. Mahmoud Al-Hmoud, Legal Adviser;

Mr. Samer Naber, Legal Adviser;

Mr. Ashraf Zeitoon, Political Adviser;

Ms Diana Madbak, Support Staff.


The Republic of Madagascar is represented by:

H.E. Mr. Alfred Rambeloson, Permanent Representative of Madagascar to the Office of the United Nations at Geneva and to the Specialized Agencies, Head of Delegation;

Mr. Odon Prosper Rambatoson, Inspector, Ministry of Foreign Affairs.


Malaysia is represented by:

H.E. Datuk Seri Syed Hamid Albar, Foreign Minister of Malaysia, Head of Delegation;

Datin Seri Sharifah Aziah Syed Zainal Abidin, wife of the Minister for Foreign Affairs;

H.E. Tan Sri Ahmad Fuzi Abdul Razak, Secretary-General, Ministry of Foreign Affairs, Malaysia;

H.E. Dato’ Rastam Mohd Isa, Permanent Representative of Malaysia to the United Nations;

H.E. Dato’ Noor Farida Ariffin, Ambassador of Malaysia to the Kingdom of the Netherlands;

Mr. John Louis O’hara, Head, International Affairs Division, Attorney-General’s Chambers;

Professor Nico Schrijver, Professor of International Law, Free University, Amsterdam and Institute of Social Studies, The Hague; Member of the Permanent Court of Arbitration;

Professor Dr. Marcelo G. Kohen, Professor of International Law, The Graduate Institute of International Studies, Geneva;

Mr. Ku Jaafar Ku Shaari, Undersecretary, OIC Division, Ministry of Foreign Affairs;

Mr. Hasnudin Hamzah, Special Officer to the Foreign Minister;

Mr. Zulkifli Adnan, Counsellor, Embassy of Malaysia in the Netherlands;

Mr. Ikram Mohd. Ibrahim, First Secretary, Permanent Mission of Malaysia to the United Nations;

Mr. Mohd. Normusni Mustapa Albakri, Federal Counsel, International Affairs Division, Attorney-General’s Chambers.


The Republic of Senegal is represented by:

H.E. Mr. Saliou Cissé, Ambassador of the Republic of Senegal to the Kingdom of the Netherlands, Head of Delegation;

Mr. Cheikh Niang, Minister-Counsellor, Permanent Mission of Senegal to the United Nations;

Mr. Cheikh Tidiane Thiam, Director of Legal and Consular Affairs, Ministry of Foreign Affairs.


The Republic of the Sudan is represented by:

H.E. Mr. Abuelgasim A. Idris, Ambassador of the Sudan to the Netherlands;

Mr. Ali Al Sadig, Deputy Head of Mission at the Embassy of the Sudan in the Netherlands.


The League of Arab States is represented by:

H.E. Mr. Amre Moussa, Secretary General of the League of Arab States;

Mr. Michael Bothe, Professor of Law, Head of the Legal Team;

Ms Vera Gowlland-Debbas, Professor of Law;

Mr. Yehia El Gamal, Legal Adviser;

Mr. Salah Amer, Legal Adviser;

Mr. Mohammed Gomaa, Legal Adviser;

Mr. Mohamed Redouane Benkhadra, Legal Adviser of the Secretary General, Head of the Legal Department, League of Arab States.


The Organization of the Islamic Conference is represented by:

H.E. Mr. Abdelouahed Belkeziz, Secretary General of the Organization of the Islamic Conference;

Ms Monique Chemillier-Gendreau, Professor of Public Law, University of Paris VII-Denis Diderot, as Counsel;

Mr. Willy Jackson, chargé de cours, University of Paris VII-Denis Diderot, as Assistant to Counsel;

H.E. Mr. Babacar Ba, Ambassador, Permanent Observer of the Organization of the Islamic Conference to the Office of the United Nations at Geneva.


La Palestine est représentée par :

S. Exc. M. Nasser Al-Kidwa, ambassadeur, observateur permanent de la Palestine auprès de l’Organisation des Nations Unies;

M. Georges Abi-Saab, professeur de droit international à l’Institut de hautes études internationales, Genève, membre de l’Institut de droit international, conseil et avocat;

M. James Crawford, professeur de droit international à l’Université de Cambridge (chaire Whewell), conseil et avocat;

M. Vaughan Lowe, professeur de droit international à l’Université d’Oxford (chaire Chichele), conseil et avocat ;

M. Jean Salmon, professeur émérite de droit international à l’Université libre de Bruxelles, membre de l’Institut de droit international, conseil et avocat;

M. Peter Bekker, membre du barreau de New York, conseil principal;

M. Anis Kassim, membre du barreau du Royaume hachémite de Jordanie, conseil principal;

M. Raja Aziz Shehadeh, Barrister at Law à Ramallah, Palestine, conseil principal;

Mme Stephanie Koury, membre du groupe d’appui aux négociations, conseil;

M. Jarat Chopra, membre du groupe d’appui aux négociations, professeur de droit international à la Brown University, conseil;

M. Rami Shehadeh, membre du groupe d’appui aux négociations, conseil;

S. Exc. M. Yousef Habbab, ambassadeur, délégué général de la Palestine aux Pays-Bas, conseiller;

M. Muin Shreim, conseiller à la mission permanente d’observation de la Palestine auprès de l’Organisation des Nations Unies, conseiller;

Mme Feda Abdelhady Nasser, conseillère à la mission permanente d’observation de la Palestine auprès de l'Organisation des Nations Unies;

M. Michael Tarazi, membre du groupe d’appui aux négociations, coordonnateur pour les médias;

Mme Kylie Evans, Lauterpacht Research Centre for International Law, Université de Cambridge;

M. François Dubuisson, Centre de droit international de l’Université libre de Bruxelles;

M. Markus W. Gehring, Université de Yale;

M. Jafer Shadid, délégation de la Palestine aux Pays-Bas.


La République sud-africaine est représentée par :

S. Exc. M. Aziz Pahad, vice-ministre des affaires étrangères, chef de la délégation;

S. Exc. Mme P. Jana, ambassadeur de la République sud-africaine auprès du Royaume des Pays-Bas;

S. Exc. M. D. S. Kumalo, représentant permanent de la République sud-africaine auprès de l’Organisation des Nations Unies;

M. M.R.W. Madlanga, juge;

Mme J. G.S. de Wet, conseiller juridique en chef a.i. (droit international), ministère des affaires étrangères;

M. A. Stemmet, conseiller juridique principal (droit international), ministère des affaires étrangères;

Mme T. Lujiza, conseiller juridique (droit international), ministère des affaires étrangères;

M. I. Mogotsi, directeur, direction du Moyen-Orient, ministère des affaires étrangères.


La République algérienne démocratique et populaire est représentée par :

S. Exc. M. Noureddine Djoudi, ambassadeur d’Algérie auprès du Royaume des Pays-Bas;

M. Ahmed Laraba, professeur de droit international;

M. Mohamed Habchi, membre du conseil constitutionnel;

M. Abdelkader Cherbal, membre du conseil constitutionnel;

M. Merzak Bedjaoui, directeur des affaires juridiques au ministère des affaires étrangères.


Le Royaume d’Arabie saoudite est représenté par :

S. Exc. M. Fawzi A. Shobokshi, ambassadeur et représentant permanent du Royaume d’Arabie saoudite auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York, chef de la délégation;

M. Hazim Karakotly, ministre plénipotentiaire au ministère des affaires étrangères à Riyad, délégué;

M. Samir Aqqad, premier secrétaire au ministère des affaires étrangères à Riyad, délégué;M. Saud Al-Shawaf, délégué;

M. Saud Al-Shawaf, délégué;

M. Ziyad Alsudairi, délégué;

M. Muhammed Omar Al-Madani, délégué;

M. Khaled Al-Thubaiti, délégué;

M. Brian Vohrer, délégué;

M. David Colson, délégué.


La République populaire du Bangladesh est représentée par :

S. Exc. M. Liaquat Ali Choudhury, ambassadeur du Bangladesh auprès du Royaume des Pays-Bas;

Mme Naureen Ahsan, premier secrétaire à l’ambassade du Bangladesh auprès du Royaume des Pays-Bas.


Le Belize est représenté par :

S. Exc. M. Bassam Freiha, ambassadeur délégué permanent du Belize auprès de l’Unesco;

M. Jean-Marc Sorel, professeur à l’Université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne) ;

Mme Mireille Cailbault.


La République de Cuba est représentée par :

S. Exc. M. Abelardo Moreno Fernández, vice-ministre des affaires étrangères;

S. Exc. M. Elio Rodríguez Perdomo, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire auprès du Royaume des Pays-Bas;

M. Enrique Prieto López, ministre conseiller à l’ambassade de Cuba aux Pays-Bas;

Mme Soraya E. Alvarez Núñez, fonctionnaire à la direction des affaires multilatérales du ministère des affaires étrangères.


La République d’Indonésie est représentée par :

S. Exc. M. Mohammad Jusuf, ambassadeur de la République d’Indonésie auprès du Royaume des Pays-Bas, chef de la délégation;

Mme Nuni Turnijati Djoko, ministre, chef de mission adjoint, délégué;

M. Mulya Wirana, conseiller (affaires politiques), délégué;

Le colonel A. Subandi, attaché de défense, délégué;

Mme Kusuma N. Lubis, conseiller (affaires de presse), délégué;

M. Sulaiman Syarif, premier secrétaire (affaires politiques), délégué;

M. Daniel T. S. Simanjuntak, troisième secrétaire (affaires politiques), délégué.


Le Royaume hachémite de Jordanie est représenté par :

S. A. R. Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussien, ambassadeur, chef de la délégation, représentant permanent du Royaume hachémite de Jordanie auprès de l’Organisation des Nations Unies;

S. Exc. M. Mazen Armouti, ambassadeur du Royaume hachémite de Jordanie aux du Royaume des Pays-Bas;

Sir Arthur Watts, conseiller juridique principal du Gouvernement du Royaume hachémite de Jordanie;

M. Guy Goodwin-Gill, conseiller juridique du Gouvernement du Royaume hachémite de Jordanie;

M. Bisher Al Khasawneh, conseiller juridique;

M. Mahmoud Al-Hmoud, conseiller juridique;

M. Samer Naber, conseiller juridique;

M. Ashraf Zeitoon, conseiller politique;

Mme Diana Madbak, personnel administratif.


La République de Madagascar est représentée par :

S. Exc. M. Alfred Rambeloson, représentant permanent de Madagascar auprès de l’Office des Nations Unies et des institutions spécialisées à Genève, chef de délégation;

M. Odon Prosper Rambatoson, inspecteur au ministère des affaires étrangères.


La Malaisie est représentée par :

S. Exc. Datuk Seri Syed Hamid Albar, ministre des affaires étrangères de la Malaisie, chef de la délégation;

Mme Datin Seri Sharifah Aziah Syed Zainal Abidin, épouse du ministre des affaires étrangères;

S. Exc. Tan sri Ahmad Fuzi Abdul Razak, secrétaire général du ministère des affaires étrangères;

S. Exc. Dato’ Rastam Mohd. Isa, représentant permanent de la Malaisie auprès de l’Organisation des Nations Unies;

S. Exc. Dato’ Noor Farida Ariffin, ambassadeur de la Malaisie auprès du Royaume des Pays-Bas;

M. John Louis O’hara, directeur de la division des affaires internationales, bureau de l’Attorney-General;

M. Nico Schrijver, professeur de droit international à l’Université libre d’Amsterdam et à l’Institut d’études sociales de La Haye, membre de la Cour permanente d’arbitrage;

M. Marcelo G. Kohen, professeur de droit international à l’Institut universitaire de hautes études internationales, Genève;

M. Ku Jaafar Ku Shaari, sous-secrétaire à la division de l’Organisation de la Conférence islamique, ministère des affaires étrangères;

M. Hasnudin Hamzah, conseiller spécial auprès du ministre des affaires étrangères;

M. Zulkifli Adnan, conseiller de l’ambassade de la Malaisie aux Pays-Bas;

M. Ikram Mohd. Ibrahim, premier secrétaire de la mission permanente de la Malaisie auprès de l’Organisation des Nations Unies;

M. Mohd. Normusni Mustapa Albakri, conseil (Federal Counsel), division des affaires internationales, bureau de l’Attorney-General.


La République du Sénégal est représentée par :

S. Exc. M. Saliou Cissé, ambassadeur du Sénégal aux Pays-Bas, chef de la délégation ;

M. Cheikh Niang, ministre-conseiller à la mission permanente du Sénégal auprès de l’Organisation des Nations Unies;

M. Cheikh Tidiane Thiam, directeur des affaires juridiques et consulaires au ministère des affaires étrangères.


La République du Soudan est représentée par :

S. Exc. M. Abuelgasim A. Idris, ambassadeur du Soudan aux Pays-Bas ;

M. Ali Al Sadig, chef de mission adjoint à l’ambassade du Soudan aux Pays-Bas.


La Ligue des Etats arabes est représentée par :

S.Exc. M. Amre Moussa, Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes;

M. Michael Bothe, professeur de droit, chef de l’équipe juridique;

Mme Vera Gowlland-Debbas, professeur de droit;

M. Yehia El Gamal, conseiller juridique;

M. Salah Amer, conseiller juridique;

M. Mohammed Gomaa, conseiller juridique;

M. Mohamed Redouane Benkhadra, conseiller juridique du Secrétaire général, chef du département des affaires juridiques de la Ligue des Etats arabes.


L’Organisation de la Conférence islamique est représentée par :

S. Exc. M. Abdelouahed Belkeziz, Secrétaire général de l’Organisation de la Conférence islamique;

Mme Monique Chemillier-Gendreau, professeur de droit public à l’Université Paris VII - Denis Diderot, conseil;

M. Willy Jackson, chargé de cours à l’Université Paris VII – Denis Diderot, assistant du conseil;

S. Exc. M. Babacar Ba, ambassadeur, observateur permanent de l’Organisation de la Conférence islamique auprès de l’Office des Nations Unies à Genève.






The PRESIDENT: Please be seated. The Court is now in session. It meets this afternoon to hear the following participants on the question submitted to the Court: Madagascar, Malaysia and Senegal. I shall now give the floor to His Excellency Mr. Alfred Rambeloson of Madagascar.

M. RAMBELOSON : Monsieur le président, Madame et Messieurs de la Cour, l’honneur m’échoit ce jour en tant qu’ambassadeur de Madagascar auprès des Nations Unies à Genève de m’exprimer pour la première fois devant la Cour internationale de Justice.

1. C’est une fierté pour Madagascar que de pouvoir apporter sa modeste contribution à la présente procédure consultative.

2. D’une part, la présente contribution sert à resituer notre pays dans l’économie de la politique judiciaire internationale car Madagascar a accepté la clause facultative de juridiction obligatoire de l’article 36, paragraphe 2, du Statut de la Cour.

3. D’autre part, pour Madagascar, indépendamment de l’action diplomatique et politique, le règlement des différends internationaux devant la Cour internationale de Justice est un élément fondamental de la paix dans les relations internationales.

4. Le 8 décembre 2003, dans sa résolution ES-10/14, l’Assemblée générale des Nations Unies demande à la Cour internationale de Justice, en vertu de l’article 96 de la Charte des Nations Unies et conformément à l’article 65 du Statut de la Cour, de «rendre d’urgence un avis consultatif sur la question suivante» :

6. Cette procédure consultative, bien que ne portant pas directement sur des différends qui opposent des Etats, participe pleinement à cette action de prévention et de promotion de la paix. Elle offre également aux Nations Unies, aux Etats Membres ainsi qu’à la communauté une interprétation authentique des règles de droit qui assurent la sécurité, la transparence dans les relations entre les acteurs et les sujets de vie internationale.

A titre d’exemple, pour Madagascar, l’autorité de l’avis consultatif se fonde moins sur des considérations formelles que sur la valeur et la qualité de l’interprétation de la règle de droit que fournit la Cour.

En d’autres termes, le manquement aux prescriptions, nous dirions thérapeutiques, de la Cour est constitutif d’un manquement à des obligations de droit international.

7. L’importance de cette mission nous amène à exprimer, au nom de Madagascar et de son gouvernement, l’estime et le respect que vous, Monsieur le président, Madame et Messieurs de la Cour, méritez par la grandeur de cette mission.

I. Sur l’objet de la présente demande d’avis consultatif

8. Ces avis sont brefs et clairs. Toutefois une interrogation double se pose : Madagascar n’a ni lu, ni vu la moindre prise de position officielle de la part d’un gouvernement, d’une organisation internationale, régionale, d’une organisation non gouvernementale, qui eût approuvé la construction du mur litigieux.

Les Etats-Unis d’Amérique, par exemple, n’ont pas exclu la possibilité de sanction sous forme de réduction de l’aide financière.

9. La généralisation du refus d’approbation, de la condamnation de cet édification est significative à tel point que la Cour ne saurait en sous-estimer l’importance. Sur le plan politique, il y a rejet évident de l’opération et sur plan juridique international, il n’y a ni adhésion, ni reconnaissance de licéité de cette construction.

10. Sur ce point, Madagascar ne se démarque pas de l’attitude générale et renvoie aux analyses pertinentes que les Etats ont eu l’occasion d’exposer tant par écrit que lors de ces audiences publiques devant la Cour. Nous nous rapportons donc à la sagesse de la Cour qui ne saurait ignorer les aspirations du monde.

11. En fait pour notre pays, notre rêve, lié au caractère insulaire, est que le mur ne soit pas séparation mais espace de rencontre pour se connaître, s’apprécier et se respecter.

II. Sur les questions juridiques de compétence et d’opportunité de l’avis

Madagascar apporte les quelques précisions suivantes.


II.1. Sur la compétence

12. Quelle est la compétence de l’Assemblée générale pour demander l’avis de la Cour internationale de Justice ?

13. Aucune objection n’a été soulevée sur le droit de l’Assemblée générale pour poser cette demande. La résolution adoptée dans les conditions régulières de forme et de fond lie tous les Etats Membres de l’Organisation sans considération de leurs options, positions au vote lors du scrutin d’adoption de la résolution. Solution logique fondée sur une distinction entre la contribution de la formulation de la position de l’organisation et la décision finale de cette dernière en tant que telle.

14. Cette question a-t-elle un caractère et un objet juridiques ?

15. La réponse est affirmative et incontestable : l’examen des conséquences en droit d’un acte ou d’un fait est l’évidence même.

16. L’aspect politique de la demande d’avis est au niveau de la prise de décision pour saisir la Cour internationale de Justice :

¾ présentation de la proposition avant sa résolution;

¾ adoption de la proposition de résolution par l’expression d’un vote affirmatif, négatif, absentéiste ou non-participation à un vote.

17. Cet objet de demande d’avis aurait eu un caractère politique et non juridique si la Cour internationale de Justice était consultée sur l’opportunité ou non d’une résolution de l’Assemblée générale relative à la construction du mur.

Telle n’est pas la question posée ici.


II.2. Sur l’opportunité d’une réponse de la Cour à une demande d’avis

18. Madagascar est conscient de l’importance de cette objection, et de l’attitude constante de la jurisprudence de par l’existence de raisons particulièrement importantes et déterminantes pour refuser de donner une réponse.

L’on devrait alors s’interroger sur les raisons susceptibles de justifier une non-réponse.

19. Première question : Peut-on raisonnablement refuser à un sujet de droit de s’interroger sur les conséquences juridiques d’un acte ou d’un fait ou de s’adresser à l’institution la plus qualifiée ?

20. La réponse est non. Au contraire, Madagascar déplore que l’insuffisance est une mise à profit des ressources inestimables que représente la procédure consultative.

21. Deuxième question : L’argument le plus souvent invoqué étant «avis de la Cour internationale de Justice». Cela compliquerait la situation et la mise en œuvre de la feuille de route pour la voie de la paix.

22. En d’autres termes, cette attitude serait irresponsable d’une part pour la Cour internationale de Justice sur le plan politique que de formuler un avis ! C’est un argument très sérieux qu’il faut analyser en profondeur.

23. D’abord, il faut relever que pour une grande majorité d’Etats qui ont pris part le mur, en constituant un fait accompli, complique la feuille de route. En conséquence, une confusion est entretenue au niveau des difficultés créées à propos de cette feuille de route : une confusion entre le mur lui-même qui est source de problèmes nouveaux et l’avis que peut rendre la Cour non visée comme constitutive en soi de difficultés.

24. Ensuite, l’objet de la demande d’avis est-il à caractère dangereux pour le processus de paix ?

La réponse est à identifier dans les termes de la question :

25. a) L’examen des conséquences liées à la construction du mur par rapport aux règles de droit international est de voir quelles sont les obligations que le droit international rappelle aux Etats, à l’Organisation des Nations Unies, aux organisations internationales et régionales, à la communauté internationale du fait de cette construction. Il faut insister sur le terme rappeler et non créer car il ne s’agit pas de substituer de nouvelles règles ou obligations, ni de se substituer aux parties concernées.

26. b) La connaissance de ces conséquences complète la feuille de route en indiquant les points juridiques susceptibles d’être litigieux. La recherche de la transparence des relations internationales et le respect de la bonne foi sont compatibles avec l’avis et une réponse à l’avis. 27. c) Pour Madagascar, il est nécessaire d’insister sur le fait que l’avis de la Cour internationale de Justice n’affecte pas, ne porte pas atteinte au droit des Etats directement concernés (c’est-à-dire Israël et la Palestine) à fixer, dans le cadre du futur traité de paix, les règles qu’ils entendent réciproquement s’imposer vers leurs futures relations.

28. En conclusion, l’avis a une fonction d’information et non de direction ni de maîtrise.


III.1. Sur le fond des conséquences juridiques

29. Premier problème. Au cœur de la question, il y a un risque de politisation de la Cour internationale de Justice en cas de prise de position sur une question sensible et délicate : le mur et l’illégalité de sa construction. La question est mal posée car il y a une confusion entre différents éléments à désarticuler pour cerner le cœur de cette question.

30. La construction d’un mur est une décision à caractère politique. Cette réponse est considérée comme appropriée selon l’Etat d’Israël avec les difficultés qu’il éprouve. Sur ce point, pour Madagascar, il est difficile de contester en soi un caractère discriminatoire, la liberté et la plénitude du jugement fait par un gouvernement responsable sur l’évaluation des risques et la réponse à aménager face aux risques. Conformément aux dispositions de la Charte, le pouvoir d’appréciation d’initiative demeure une compétence nationale.

31. Mais Madagascar refuse l’assimilation du pouvoir discrétionnaire et du pouvoir arbitraire. Une décision politique librement et souverainement prise doit être mise en œuvre dans des conditions telles que non constitutives de violation des règles du droit international. 32. C’est-à-dire qu’il y a une absence de non-incompatibilité avec la règle du droit international aussi bien au niveau des méthodes et des moyens mis en œuvre de la décision initiale que des résultats attendus et obtenus.


III.2. Manifestation des règles que doit éviter de violer l’Etat constructeur

33. Nous avons trois grandes catégories de règles :

a) Négatives sous deux aspects :

¾ Non-annexion directe ou indirecte de droit ou de fait de la totalité ou d’une partie du territoire.

¾ Abstention de comportement de mauvaise foi soit par création de fait accompli hypothéquant l’avenir, soit par l’organisation délibérée d’actes de violence ou de terrorisme.

34. b) Positives : il existe un respect de la règle de proportionnalité entre les menaces, les actes de violence et la réponse aménagée.

35. c) Institutionnelles : il y a le régime juridique de l’occupation militaire et les questions des droits de l’homme. Nous sommes d’avis que le règlement du conflit israélo-arabe ne peut qu’être politique mais, en revanche, nous sommes d’un avis contraire quand on déclare que la Cour consultée par l’Assemblée générale pour une question précise, n’a pas à en connaître. En effet, la Cour est requise à fournir un avis consultatif et les termes de la demande d’avis sont clairs et précis. Outre l’abondante jurisprudence de la Cour consacrant sa compétence à ce sujet, est-il besoin d’évoquer la doctrine dominante sur ce point rappelée par d’éminents représentants au cours de la présente audience ?

36. Monsieur le président, Madame et Messieurs de la Cour, au lendemain de la seconde guerre mondiale, la Grande-Bretagne, impuissante devant la montée des tensions en Palestine, s’en remet aux Nations Unies dès 1947 pour trouver une solution. Après le refus du plan de partage, plusieurs résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité vont poser les conditions du retour à la paix dont le retrait des forces israéliennes des territoires occupés, le retour des réfugiés dans leurs foyers, l’instauration d’une paix juste et durable.

37. Le conflit au Moyen-Orient est sans doute une des questions la plus complexe, la plus brûlante de notre temps. Les efforts déployés par la communauté internationale pour l’instauration d’une paix durable au Moyen-Orient laquelle, il convient de le rappeler, repose sur le règlement juste de la question palestinienne sont multiples. Ces efforts réalisés à travers différentes initiatives et matérialisés par des accords (accords d’Oslo), des rapports ou des plans de travail (entre autres le rapport Mitchel et le plan de travail Tenet) et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité (les résolutions 181, 194, 242, 338, 1322, 1397) ou de l’Assemblée générale (rés. 3236) n’ont pas encore abouti.

38. Des avancées positives sont néanmoins à souligner avec notamment le soutien désormais acquis des autorités palestiniennes de reconnaître l’Etat d’Israël et son droit d’exister dans des frontières sûres, d’une part, et l’effort par Israël d’accepter le principe d’un Etat palestinien, d’autre part. Nous félicitons d’ailleurs ce dernier accord de Genève.

39. Les dernières négociations pour la mise en œuvre de la feuille de route parrainée par les Etats-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, l’ONU et l’Union européenne ont fait naître beaucoup d’espoirs. Ces négociations ont enregistré des avancées encourageantes mais achoppent encore sur quelques questions. Elles sont pratiquement dans l’impasse aujourd’hui. Mais nous ne désespérons pas de les voir se poursuivre prochainement en vue d’un aboutissement heureux d’ici 2005 peut-être, en faveur des peuples palestiniens et ceux de la région.

40. La communauté internationale ne peut en effet rester impuissante devant les événements dramatiques auxquels elle assiste presque quotidiennement depuis la reprise de l’Intifada.

41. Le phénomène de violence est complexe parce qu’il faut prendre en considération le droit à la survie d’un Etat, ce qui justifie la légitime défense (art. 51 de la Charte) et les actes de résistance qui sont inséparables de toute occupation militaire. Ce qui implique de la part des autorités occupantes une intelligence globale de la situation.

42. Au surplus, l’édification d’un mur de séparation ne nous paraît pas de nature à favoriser le processus de paix.

43. De l’opinion de mon gouvernement, l’édification de ce mur par Israël se heurte à deux ordres de considération, l’une juridique et l’autre humanitaire.


La considération juridique

44. Il résulte du rapport du Secrétaire général, M. Kofi Annan, contenu dans le document A/ES-10/248 du 24 octobre 2003 adressé à l’Assemblée générale et de la résolution de l’Assemblée générale du 8 décembre 2003 que la construction du mur a été effectuée par Israël, puissance occupante, en violation des dispositions du droit international et du droit humanitaire international dans les territoires palestiniens occupés le long de la limite nord-est de la Cisjordanie et sur le pourtour de Jérusalem-Est selon un tracé qui s’écarte de la ligne d’armistice de 1949 (qu’on appelle la «Ligne verte»).

45. Nous reconnaissons le droit d’Israël et son devoir de protéger ses nationaux, mais cela ne l’autorise pas à violer impunément les dispositions du droit international et celles du droit humanitaire international dont la quatrième convention de Genève de 1949 applicable aux territoires palestiniens comme l’a affirmé à plusieurs reprises l’Assemblée générale.

46. Est-il besoin de rappeler que la communauté internationale dans son ensemble n’a pas approuvé la décision israélienne et pas plus tard que la semaine dernière, le CICR, gardien des conventions de Genève de 1949 y a ajouté sa voix pour fustiger l’illégalité de la barrière israélienne.

47. Le Gouvernement israélien soutient par ailleurs que cette ligne d’armistice de 1949 n’a pas été confirmée en tant que frontière internationale par les résolutions 242 et 338 qui invitent les parties à négocier, que le statut légal du Territoire palestinien occupé demeure contesté. 48. Or, la construction de ce mur qui porte manifestement atteinte à la souveraineté territoriale de la Palestine, en entraînant une annexion de fait de vaste partie du territoire palestinien, résulte d’une décision unilatérale et non négociée alors que des négociations importantes ne sont pas encore achevées pour la résolution du conflit israélo-palestinien.

49. La construction de ce mur se poursuit au mépris de la résolution ES-10/13 du 21 octobre 2003 de l’Assemblée générale exigeant l’arrêt des travaux et le renoncement par Israël à ce projet.


La considération humanitaire

50. Il résulte des documents sus-indiqués, que la construction de ce mur :

¾ a entraîné la confiscation et la destruction des terres et des ressources palestiniennes ainsi que le bouleversement de la vie de milliers de civils;

¾ limitera fortement les déplacements des milliers de Palestiniens vivant en milieu urbain;\

¾ aura des conséquences sur l’alimentation des Palestiniens, les tronçons déjà achevés ayant eu de sérieuses répercussions sur l’agriculture.

51. La construction favorise en conséquences de graves atteintes aux droits de l’homme. Elle fait peser des restrictions sans précédent sur les mouvements des populations à l’intérieur des territoires occupés et entraîne d’autres graves violations aux droits humains notamment le droit au travail, aux soins médicaux, à la nourriture et à l’éducation. Or, l’instauration d’une paix juste et durable passe par le respect des droits de l’homme. Le Comité international de la Croix-Rouge est de plus en plus préoccupé par les conséquences humanitaires que l’édification de la barrière en Cisjordanie a pour de nombreux Palestiniens des territoires occupés.

52. Dans les endroits où elle s’écarte de la «Ligne verte» et empiète sur les territoires occupés, la barrière prive des milliers de Palestiniens d’un accès adéquat à des services essentiels comme l’approvisionnement en eau, les soins médicaux et l’éducation, ainsi qu’à des sources de revenu telles que l’agriculture et d’autres types d’emplois. Les communautés palestiniennes vivant entre la «Ligne verte» et la barrière sont, de fait coupées de la société palestinienne à laquelle elles appartiennent.

53. L’édification de la barrière en Cisjordanie continue de donner lieu à l’appropriation, largement répandue de biens palestiniens et de causer des dégâts considérables aux bâtiments et aux terres agricoles, entraînant souvent leur destruction. Les problèmes que connaît la population palestinienne, dans sa vie quotidienne, montrent clairement que la barrière va à l’encontre de l’obligation qui incombe en Israël, conformément au droit humanitaire, d’assurer un traitement humain aux civils vivant sous son occupation et de veiller à leur bien-être.

54. Les mesures prises par les autorités israéliennes, en relation avec l’édification de la barrière en territoire occupé, excèdent de loin ce qu’une puissance occupante est autorisée à faire aux termes du droit humanitaire.

55. Les droit international humanitaire relatif aux droits humains impose en Israël, en tant que puissance occupante de protéger les droits de la population palestinienne des territoires occupés et de veiller à ce qu’ils soient respectés.

Monsieur le président, Madame et Messieurs de la Cour,

56. Pour terminer, nous tenons à réitérer notre position sur les principes qui doivent régler cette question de façon juste, globale et définitive :

¾ coexistence de deux Etats souverains . Israël et la Palestine . vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, à l’intérieur de frontières sûres et reconnues;

¾ fin de l’occupation israélienne et démantèlement de toutes les colonies israéliennes de peuplement.

La feuille de route, acceptée par les parties belligérantes sous l’égide du Quatuor et cautionnée par l’ensemble de la communauté internationale, offre une chance réelle de paix au Moyen-Orient. Il appartient désormais aux deux protagonistes de faire les concessions nécessaires pour rétablir la confiance mutuelle et conclure la paix des braves.

57. La Cour, nous en sommes convaincus, saura apprécier souverainement les faits et prendre une décision juste et équitable.

Nous nous en remettons en conséquence à sa sagesse.

Je vous remercie.


The PRESIDENT: Thank you, Your Excellency. I now give the floor to His Excellency Mr. Datuk Seri Syed Hamid Albar, Minister for Foreign Affairs of Malaysia.

Mr. ALBAR: Mr. President, distinguished Members of the Court, it is indeed a great honour to appear before your Court in this advisory opinion procedure concerning the legal consequences of the construction of a Wall in the Occupied Palestinian Territory. On behalf of Malaysia, I would like to record Malaysia’s highest regard for the International Court of Justice as the principal judicial organ of the United Nations.

The matter before the Court in this request for an advisory opinion is a very important one, since it concerns one of the earliest questions which the United Nations dealt with and still remains unresolved. As one of the co-sponsors of the draft resolution of the United Nations General Assembly, which led to the request for this advisory opinion, and as Chairman of the Non-Aligned Movement and the Organization of the Islamic Conference, Malaysia participated actively in the General Assembly deliberations on this issue during the Tenth Emergency Session of the General Assembly in October 2003. Malaysia reaffirmed its well-known position that the solution of the question of Palestine requires a just, comprehensive and lasting settlement of the conflict on the basis of the implementation of relevant General Assembly resolutions and Security Council resolutions 242 (1967), 338 (1973), 1397 (2002) and 1515 (2003).

The General Assembly has come to the Court to seek and to obtain clarification on the legal consequences arising from the construction of the Wall being built by Israel, considering the rules and principles of international law, and to obtain further legal guidance that will assist the international community to determine its response. No institution is better placed than your Court to assess in an authoritative way the situation from an international law perspective. Mr. President, I stand before you today with the conviction that this Court is in the best position as the custodian of international law, which binds us as a community of nations that stand together in order to promote justice, equality, peace, security and prosperity for mankind. Those of us that advocate the rule of law, human rights, freedom and democracy, are duty bound to ensure that these standards are also upheld at the international level without discrimination and exception. We are here before the Court to uphold the sanctity of international law. It is incumbent upon us with a feeling of mercy and compassion to ensure that in this global order that we live in, we can instil a true sense of justice, equality, freedom and democracy. The multilateral system that is the very basis of the establishment of the United Nations should be the core principle that guides us to the sustainability of the rule of law and human rights. We should use the diversities of the world as our strength to unite peoples and not divide us in conflicts that bring untold miseries and sufferings to humankind. As the custodian of international law, this Court is well disposed from a legal viewpoint to determine this important legal question.

Mr. President, Section I of this oral statement will summarize briefly the position of Malaysia on the Wall and emphasize its main legal concerns, while further developing some points outlined in our Written Statement . in particular by reference to what other States have advanced in their Written Statements. For reasons of time, Malaysia will focus upon some particular points, being conscious that other points are equally relevant and may be addressed by other delegations.

Section II of my statement deals with the competence of the General Assembly to request an advisory opinion and the propriety of such a request. Section III takes up what we consider to be the central point: the international legal status of the Occupied Palestinian Territory.

By way of a preliminary remark, Malaysia takes strong exception to the pejorative way in which Israel refers to Palestine throughout its Written Statement, such as the use of inverted commas to refer to Palestine, the negation of its territorial integrity, the reference to what is universally recognized as Palestinian territory as though it were a “disputed” territory, and the grave accusation, without any evidence, that the Palestinian Authority bears responsibility for the terrorist attacks committed by Palestinian citizens. Malaysia firmly rejects what constitutes a factual negation of the right of the Palestinian people to self-determination.

I. POSITION OF MALAYSIA ON THE WALL

Mr. President, distinguished Members of the Court, during the deliberations in the United Nations Security Council on 14 October 2003 and in the General Assembly on 20 October and 8 December 2003, Malaysia took the view that the Wall was illegal and must be dismantled, and that its further construction must be immediately discontinued. Allow me to summarize the main reasons for Malaysia to hold such views:

¾ The Wall, sections of which are constructed deep inside the Occupied Palestinian Territory, departs from the Armistice Line of 1949 and is therefore illegal under international law. This implies the violation of the obligation to respect the territorial integrity of Palestine and the right of the Palestinian people to self-determination.

¾ The Wall gravely violates the Fourth Geneva Convention in that it involves the illegal, de facto attempt at annexation of substantial parts of the Palestinian territory and its resources; the transfer of a large number of Palestinian civilians, and further deprivation of human rights of the Palestinians, resulting in further dire humanitarian consequences among an already deprived people.

¾ The Wall constitutes a violation of freedom of access to Holy Places, including places of worship, of all religions in Jerusalem, embodied not only in human rights rules but also as an autonomous rule included in numerous United Nations resolutions, beginning with General Assembly resolution 181 (II).

¾ The Wall constitutes a unilateral action. It harms the process of implementation of the Road Map. It undermines the effective creation of the Palestinian State. All of this implies a violation of the obligation to pursue negotiations in good faith.

These views I have just stated are also shared by the overwhelming majority of Member States of the United Nations, as reflected by the vote of General Assembly resolution A/ES-10/13, adopted by 144 votes to 4, with 12 abstentions. However, Israel ignores these and refuses to comply with this resolution. Israel is continuing, and in fact is even accelerating, the construction of the Wall.

Mr. President, I would like now to address the questions of the competence of the General Assembly to request an advisory opinion and the propriety to do so under these particular circumstances.

II. THE COMPETENCE OF THE GENERAL ASSEMBLY TO REQUEST
AN ADVISORY OPINION AND THE PROPRIETY TO DO SO

In our Written Statement, Malaysia has submitted that there are no compelling reasons which would justify refusal of the request to provide an advisory opinion, to paraphrase the words of your Court in the Application for Review (1987), the Western Sahara (1975) and the Nuclear Weapons (1996) Advisory Opinions. As a matter of fact, there are ample justifications and compelling reasons for the Court to exercise its advisory jurisdiction.

First, the request to render an urgent advisory opinion comes from the General Assembly, one of the two named principal organs of the United Nations which may request your Court to give an advisory opinion on “any legal question”.

Secondly, the question put to you is clearly a legal one, framed as it is “in terms of law and rais[ing] problems of international law . . . [and is by its] very nature susceptible of a reply based on law”, to quote once again from the Court’s Advisory Opinions on the Western Sahara and Nuclear Weapons.

Thirdly, the General Assembly has a special duty to deal with the Palestinian question. It may suffice here to recall the Assembly’s intensive involvement with Palestine over a long period of time since the United Kingdom unilaterally terminated its Mandate over Palestine and left responsibility for an adequate solution to the United Nations. In the International Status of South West Africa Advisory Opinion (1950) the Court acknowledged that the General Assembly fulfils supervisory functions previously exercised by the League of Nations in the case of a Mandated Territory not placed under the United Nations Trusteeship System. From the early days the Assembly performed a special role with regard to Palestine and the Palestinian people, inter alia, by adopting the so-called Plan of Partition in November 1947, providing for an independent Arab State and an independent Jewish State. Ever since, the Palestinian territory has a special status and the General Assembly has a special responsibility.

Fourthly, the General Assembly adopted on 21 October 2003 the above-mentioned resolution A/ES-10/13, co-sponsored by the European Union and its acceding and associated members. The Assembly demanded that Israel stop and reverse the construction of the Wall in the Occupied Palestinian Territory, considering that this construction is in contradiction with relevant provisions of international law and requested the Secretary-General to report on compliance with the resolution. The Security Council’s failure to adopt a resolution to the same effect was only because of the exercise of a veto. On 24 November, the United Nations Secretary-General submitted a very disturbing report on the non-compliance of Israel with the European Union-initiated Assembly resolution, describing the poor conditions and deprivation of human rights of the Palestinian people and the failure to achieve a peaceful solution. Given this situation, it became imperative upon the Assembly to act.

Fifthly, contrary to what Israel seems to suggest, the Tenth Emergency Special Session was convened and reconvened in a lawful way. In resolution A/ES-10/2 of 2 April 1997, by a vote of 134 to 3, with 11 abstentions, the Assembly determined that:
Sixthly, the General Assembly, by requesting an advisory opinion, is certainly not trying to politicize the Court, but on the contrary to seek a legal interpretation from an international law perspective for one of the main obstacles to the settlement of the conflict: the construction of the Wall. Malaysia is quite astonished by the position adopted by some States that clearly hold the view that the construction of the Wall is contrary to international law and yet, at the same time, request that the Court does not arrive at such a conclusion because the matter is “highly political”. How can it be political when the question put before this Court is about the legal consequences of the construction of the Wall being built by Israel, while these States themselves have taken the
view that this construction is contrary to international law? Such an evidently contradictory position may well explain the unfortunate absence of these States at this stage of the procedure.

Similarly, one cannot but be surprised by what is clearly a contradiction in Israel’s view that constructing the Wall does not harm the Road Map to Peace, but at the same time claiming that raising the question of the legal consequences of the Wall before the Court would harm the Road Map!

Here, Malaysia would like to emphasize that the question before the Court does not concern the question of how to resume negotiations between Israel and Palestine, or what is the best way to implement the Road Map. These would clearly be political rather than legal questions. Therefore, Malaysia finds it difficult to understand how the rendering of an advisory opinion, to state what a fact or situation is from an international law standpoint, could impair in any way the implementation of the Road Map.

Mr. President, Malaysia cannot but reach the ironic conclusion that the attempt to request the Court to refrain from exercising its jurisdiction to render an advisory opinion for other than legal arguments is tantamount to an attempted “politicization” of the Court.

The Court is presented by the General Assembly with an unambiguously legal question, and nothing more than a legal question. It is not for the Court to scrutinize possible scenarios about the political consequences of an advisory opinion with regard to a particular situation or to consider whether a State, which has disregarded innumerable United Nations resolutions, will be pleased or not with the advisory opinion. This has never been the role of the Court. The Court has never acted in such a manner. Those inviting it to adopt such an attitude are, in Malaysia’s view, seriously damaging the Court’s function, integrity and credibility.

Lastly, in response to Israel’s claim that the General Assembly raised only “half” of the question1, Malaysia would like to state the following. Mr. President, in all cases in which the General Assembly requests an advisory opinion, there is no other way but to raise particular points of what may well be a larger overall question. If the Court would kindly recall for a moment the questions raised by the General Assembly with regard to the Reparation of Damages, the Voting Procedure, the Admissibility of Hearings of Petitioners, Certain Expenses or Western Sahara, just to mention some requests for advisory opinions, it would well be possible to identify a host of related, if not underlying principal questions. Did this ever prevent the Court from rendering an advisory opinion? The answer is plainly “no”.

Moreover, the other so-called “half” of the question, that is the struggle against terrorism, was raised by Israel to justify the construction of the Wall. As reiterated in our Written Statement, Malaysia has always and consistently condemned all forms and manner of terrorism. Internationally, its unequivocal position on terrorism is well known and on record. But Malaysia has also consistently reaffirmed that the struggle against terrorism must be accomplished within the realm of international law and not in violation thereof. As demonstrated in Malaysia’s Written Statement, the construction of the Wall in the Occupied Palestinian Territory cannot be justified on the ground of self-defence, the only circumstance precluding wrongfulness invoked by Israel. Indeed, no other circumstance precluding wrongfulness could be rightfully raised. The conditions required by the Draft Articles on State Responsibility adopted by the International Law Commission to invoke such circumstances as necessity, distress or counter-measures, are clearly not met here. To mention just one reason, the construction of the Wall constitutes a violation of peremptory norms of international law, such as the right to self-determination of peoples and the respect of the territorial integrity of other countries. Palestine is already such a fragile and small entity and there should be no other encroachment of its territory and its natural resources.

Equally, in terms of the law of armed conflict there is no military necessity for Israel to build a wall in a territory it already occupies. From a human rights law perspective the Wall cannot justify the non-compliance with core human rights that are of a non-derogatory nature, even during a state of public emergency. Assuming that the Wall is being constructed in order to protect Israeli citizens within Israel, the Wall should be built on Israeli territory. Furthermore, if an additional main concern is to provide security to the Israeli citizens illegally settled on occupied Palestinian territory, then the best way is to withdraw from those illegal settlements. In any event, to accommodate the security concerns of these illegal Israeli settlements can never be to the detriment of the security and living conditions of the Palestinian people within their own territory and lands.

Mr. President, distinguished Members of the Court, while thus already touching on the substance of the request for an advisory opinion as submitted to the Court, let me now take up the central point of that part of Malaysia’s Written Statement to the Court.

III. THE CENTRAL POINT: THE INTERNATIONAL LEGAL STATUS
OF THE OCCUPIED PALESTINIAN TERRITORY

Here Malaysia wishes to concentrate this part of its oral statement on the nature of the territory upon which Israel is constructing the main part of its Wall. This is an essential point which the Court has to address with regard to both the admissibility of the request and the merits of the advisory opinion.

In our Written Statement Malaysia elaborated the main argument why the Court should comply with the General Assembly’s request for an advisory opinion. It is also the main reason why the construction of the Wall is illegal: the Occupied Palestinian Territory is one under international supervision, for which the United Nations in general and the General Assembly in particular have a special responsibility. This responsibility will last until the whole of the former British Mandated Territory achieves a final status, that is, by the effective existence of two
States ¾ one Arab and the other Jewish ¾ living side by side in peace.

General Assembly and Security Council resolutions have clearly and insistently determined that the West Bank, including East Jerusalem, is Occupied Palestinian Territory. Israel simply cannot validly deny these determinations by the United Nations in discharge of the Organization’s special responsibilities for a territory under international supervision. Hence, in this case the Court is not facing a bilateral boundary dispute, or even less, an attempt to request the Court to consider a boundary dispute in another guise, as some have liked us to believe2. In its Written Statement, Israel deliberately misrepresented what Malaysia stated in the General Assembly, in order to prove that the intention of the request for an advisory opinion is to solve a bilateral dispute between Palestine and Israel in favour of the former. No, Mr. President, it is not a bilateral dispute, it is the continuous defiance by Israel of the whole international community with regard to a territory for which the United Nations has a special responsibility and in which the entire international community has a particular interest. Yes, Mr. President, we would like to say again and again: “justice must be done in Palestine”. This refers primarily to the respect for international law.

Israel has adopted a position with regard to the legal status of the Palestinian territory akin to that followed by South Africa with regard to Namibia during the period of the unlawful occupation of Namibia. Israel assumes, without legal justification, to have “rights” over the territory. Legally, the Palestinian situation is even more straightforward than those in the Namibia and Western Sahara Advisory Opinions. Initially, South Africa had a legal title to administer South West Africa as a Mandatory Power, until this Mandate was validly revoked by the General Assembly in 19663. In the case of Western Sahara, Spain was recognized as the Administering Power of a non-self-governing territory. In the case of the Occupied Palestinian Territory none of this has occurred. Israel simply has no legal title to administer a territory under international supervision. It is merely a belligerent occupier. Israel is in a pure de facto situation.

The Court will have no difficulty in finding as legal consequences of the construction of the Wall that it neither affects Palestinian sovereignty over the territory lying between the Wall and the Green Line nor creates any territorial right whatsoever in favour of Israel4. Moreover, Israel itself, in trying to justify the construction of the Wall, has recognized that the “fence”, as Israel calls it, does not “annex any Palestinian lands” and “does not establish a border”5. Hence, since the territories lying between the Green Line and the Wall are internationally recognized as being Palestinian territory, since they have not been claimed as Israeli territory and since they have come under Israeli control only by virtue of military occupation in 1967, the construction and maintenance of the Wall does not affect Palestinian sovereignty and does not create any territorial right in favour of Israel.

Indeed, Israel has spoken about “Palestinian lands”. But a distinction must be made here. They are not only Palestinian lands, but also Palestinian territory. The former refers to private property or ownership, the latter to sovereignty. Malaysia wishes to add one further legal consequence to those already mentioned at pages 55 and 56 of our Written Statement:

¾ the construction and maintenance of the Wall in the Occupied Palestinian Territory does not affect in any way the private or public property of land situated between the Green Line and the line followed by the Wall.

Thus, in Malaysia’s view, the findings of the Court will have nothing to do with the establishment of the borders between Israel and Palestine in future. The two States should be able to determine their boundaries in the normal way States decide upon them: by negotiation, and in the case of disagreement, by adjudication.

Israel argues that the request for an advisory opinion is an attempt to consider the Green Line as “the presumptive and immutable border of a putative Palestinian State”6. However, Israel is unable to quote any single example of somebody having stated that the Green Line is immutable. Both States are entirely free to determine their boundaries as they think fit. It is not a secret that during negotiations in Camp David and Taba, as well as the recent civil society initiative of the Geneva Agreement, an exchange of territories was envisaged in order to delineate the permanent boundary. This is not under discussion in this procedure. The advisory opinion does not concern the establishment of boundaries. What it will address is the situation as it is at present and the legal consequences of the construction of the Wall in the Occupied Palestinian Territory.

The only agreed existing international line is the demarcation line of 1949. It was adopted pursuant to Security Council resolution 62 (1948) which called upon the establishment of an armistice in all sectors of Palestine, including “the delineation of permanent armistice demarcation lines”. As elaborated in Malaysia’s Written Statement7, there has been no overriding event, which has altered or modified the position of the 1949 Armistice Line.

Consequently, the Green Line should be the starting point of any legal analysis regarding the construction of the Wall. Not because the Green Line is a boundary line, but because it is the only existent, agreed and internationally recognized separation line. Upon receipt of the advisory opinion given by the Court, there will be no obstacle whatsoever to the parties continuing negotiations and even keeping their present positions further along the trajectory of the Road Map procedures.

In sum, in Malaysia’s view the advisory opinion will not result in any change in the international legal status of the territory between the Green Line and the Wall. By basing its analysis on the status of the territory as Occupied Palestinian Territory, the Court will not be making any new pronouncement on the legal situation. The General Assembly and the Security Council, the two main organs of the United Nations competent to deal with this territory under international supervision, have adopted a large number of resolutions to this effect8. Moreover, it is an indisputable fact that Israel did not claim any title to the West Bank before 1967. Even in the aftermath of the six-day war, and with the exception of Jerusalem, there was “no claim to annexation or title”, as Judge Rosalyn Higgins rightly pointed out in an article written after the war9.

If Israel wishes to obtain part of the West Bank during negotiations, it can attempt to do so. Nothing precludes one State to propose to another a territorial arrangement. It will be for the parties to agree or not. The Israeli Government should realize that its defiance to the international community by insisting on the “disputed” nature of Palestinian territory could work against its own interests: if the West Bank and Gaza are to be regarded as “disputed” territories, equally the rest of the territory of the former British Mandate of Palestine is to be regarded as “disputed territory”. If the Israeli position were to be consistent, why should only the whole West Bank and Gaza Strip be considered as “disputed territory” and not the territory lying between the Green Line and the Partition Plan Line contained in General Assembly resolution 181, for example? The sole purpose of mentioning this is to show the inherent weakness of Israel’s argument in advocating that the Court must not exercise its advisory jurisdiction. In fact, there is no need and no reason for the Court to deal with these issues. The Court’s sole function is to ascertain the current situation based on the relevant Security Council and General Assembly resolutions, the relevant international agreements to which Israel is a party and customary international law. All of these lead to the recognition of the Green Line as the only existing line ¾ a line that can be modified, but only by agreement. Israel itself, when showing that the Green Line is not immutable, offers the Court only examples of modifications made by agreement between Israel and Jordan before 196710!

Indeed, by establishing a de facto unilateral demarcation line by constructing the Wall, Israel is also violating the obligation to respect the Green Line. As explained in Malaysia’s written statement, whatever the intention of the construction of the Wall, it clearly purports to establish a new separation line. Israelis have freedom of movement west of the Wall but Palestinians need a permit. One of the justifications advanced in the Israeli Written Statement is another clear evidence of this. I quote: “the fence will be moved to reflect any agreement between the parties”11. If this will be the case, then the construction of the Wall is nothing else than a unilateral demarcation line imposed upon the other party now, until “any agreement between the parties” will be reached. Moreover, it could be difficult to find any stronger evidence that the Wall is not a simple “temporary measure against terrorism”, but a true de facto separation line aimed at annexation of Palestinian territory than that provided by the official website of the Ministry of Foreign Affairs of Israel. It refers to the “Western, or Israeli side of the security fence”12!

The insistence of Israel in comparing its “fence” in the West Bank, including in and around Jerusalem, with those existing at the borders with Egypt, Jordan and Lebanon, provides yet another striking evidence that the Israeli Government’s purpose in constructing the Wall is not simply to prevent terrorism, but to establish a physical line separating two different areas of exercise of territorial control13. Whilst not insisting here upon the “unilateral disengagement plan” as announced by the Israeli Prime Minister, this plan proves indisputably the intentions of the Government of Israel in constructing the Wall14.

CONCLUSION

Mr. President and distinguished Members of the Court, it is plain that the situation in one of the territories for which the United Nations bears special functions and responsibilities is today plunged in darkness. No other organ within or outside the United Nations system is better placed than the Court to bring to this situation the light of the law, the common language of nations. Malaysia feels compelled to add its voice to those that are addressing this Court on this important question given its strong commitment to the question of Palestine and a just and durable peace in the Middle East, consistent with the United Nations resolutions and the principles of international law and natural justice, as well as its position as the current Chairman of both the Non-Aligned Movement and the Organization of the Islamic Conference.

Mr. President and distinguished Members of the Court, Malaysia respectfully requests the Court to render an advisory opinion which identifies the legal consequences of the Israeli construction of a Wall on Occupied Palestinian Territory as elaborated in both Malaysia’s written and oral statements. With that, I thank you for your kind attention. Thank you very much.

____________

1Israel’s Written Statement, para. 1.7.
2See the intervention of the representative of Singapore at the 23rd meeting of the United Nations General Assembly Tenth Emergency Special Session of 8 December 2003, in A/ES-10/PV.23, p. 22.
3General Assembly resolution 2145 (XXI) of 27 October 1966.
4See points (5) and (6) of Malaysia’s written submissions.
5See document No. 4 of the List of Documents provided by Malaysia to the Registrar with its Written Statement.
6Israel’s Written Statement, paras. 2.9 and 3.45.
7See Malaysia’s Written Statement, p. 37, para. 100.
8See Malaysia’s Written Statement, para. 86.
9Rosalyn Higgins, “The June War: The United Nations and Legal Background”, in: J. N. Moore (ed.), The Arab-Israeli Conflict, Readings and Documents. Abridged and Revised Edition (Princeton, 1977), p. 553.
10Israel’s Written Statement, para. 3.48.
11Ibid., 1.8.
12Malaysia’s Written Statement, p. 34, para. 92, document 4 of those provided to the Registrar.
13Israel’s Written Statement, para. 1.8.
14Malaysia’s Written Statement, p. 38, para. 105, document 3 of those provided to the Registrar.



The PRESIDENT: Thank you, Your Excellency. I now give the floor to His Excellency Ambassador Saliou Cissé of Senegal.

M. CISSÉ: Monsieur le président, Madame, Messieurs les Membres de la Cour, naturellement c’est un grand honneur pour moi de m’adresser à vous aujourd’hui.



INTRODUCTION

1. Monsieur le président, la solennité qui entoure cette audience est assurément à la mesure des enjeux suscités par la résolution A/RES/ES/14 du 8 décembre 2003 par laquelle l’Assemblée générale des Nations Unies a demandé à la Cour internationale de Justice de rendre d’urgence, sous l’angle du droit international, un avis consultatif sur la question relative aux Conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le Territoire palestinien occupé.

2. La cour est ainsi invitée à répondre à la question suivante :

3. Il convient, en effet, de se féliciter de la pertinence de cette initiative dans la promotion du droit et de la justice dans les rapports internationaux ainsi que dans le raffermissement de la paix entre les peuples, en particulier, entre deux peuples liés par la géographie et plusieurs siècles d’histoire.

4. Monsieur le président, Madame, Messieurs les Membres de la Cour, c’est à l’aune des objectifs que voilà que devrait s’apprécier la décision du Gouvernement sénégalais d’appuyer la demande présentée à cette auguste Cour d’émettre un avis consultatif sur les conséquences juridiques de la construction d’un mur en Palestine.

5. Mon pays appuie d’autant plus aisément cette demande qu’il entretient des relations diplomatiques normales avec l’Etat d’Israël, tout en assumant la présidence du comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien.

6. Fidèle à ses fortes traditions de dialogue, le Sénégal continuera à prôner la paix entre Israël et la Palestine, mais dans une quête constante de vérité et de justice.

7. Monsieur le président, Madame, Messieurs les Membres de la Cour, faut-il rappeler que la dixième session extraordinaire d’urgence de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui a donné lieu à la demande qui vous est soumise, a été convoquée suite au constat de l’Assemblée générale, suivant lequel l’Etat d’Israël ne s’est pas conformé à la résolution ES-10/13 du 21 Octobre 2003, lui enjoignant d’arrêter la construction du mur dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est et les alentours, et de procéder à son démantèlement ? Dans cette même résolution, l’Assemblée générale réclamait le retour à la situation antérieure, du fait que la réalisation de l’ouvrage incriminé, qui s’écartait de la ligne d’armistice de 1949 (Ligne verte), contrevenait en conséquence aux dispositions pertinentes du droit international.
8. Dans son rapport publié à la suite de la demande formulée dans la résolution précitée, le Secrétaire général a caractérisé sans équivoque l’attitude d’Israël en s’exprimant ainsi qu’il suit :
9. Par ailleurs, le rapport met à nu l’incohérence caractérisant l’attitude de l’Etat d’Israël qui, tout en affirmant que l’édification du mur est une mesure temporaire, poursuit cependant obstinément sa réalisation par des installations sophistiquées.

10. Sourd aux nombreux appels à la raison, le Gouvernement israélien estime être dans son bon droit : «droit» de séparer impunément des Palestiniens d’autres Palestiniens, «droit» de redéfinir unilatéralement les frontières, «droit» d’ignorer la volonté exprimée par la communauté internationale, sous un prétexte inacceptable, celui de la légitime défense préventive.

11. Monsieur le président, Madame, Messieurs les juges, permettez-moi de rappeler, telles qu’elles ont déjà été indiquées dans l’exposé écrit présenté par le Gouvernement sénégalais, les raisons qui fondent l’adhésion de mon pays à la demande exprimée par les Nations Unies. Outre la contribution qui ne manquera pas de s’attacher à l’avis qu’émettra la Cour, dans le sens de l’énoncé, de l’interprétation et, éventuellement, du développement progressif des règles du droit international, que mon pays considère comme constituant des raisons suffisantes pour déterminer son appui en faveur de la requête formulée par les Nations Unies, d’autres motifs de fond, tout aussi déterminants, participent de cette démarche.

12. Ces motifs s’attachent à la saisine de la Cour, saisine qui serait de nature à clarifier, eu égard à l’existence du respect de la légalité internationale, une situation dont le maintien compromettrait gravement la paix dans la région.

13. Monsieur le président, Madame, Messieurs les juges, notre propos consistera à évoquer, tour à tour, la question de la compétence de la Cour pour rendre un avis consultatif sur la saisine de l’Assemblée générale des Nations Unies, d’une part, et les règles de fond qui ne manqueront pas d’être affectées par la construction du mur dans le Territoire palestinien occupé, d’autre part.

I. DE LA COMPÉTENCE DE LA COUR POUR RENDRE UN AVIS CONSULTATIF
SUR LA SAISINE DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES

14. La fonction consultative de la Cour internationale de Justice, dont l’exercice permet en fait à celle-ci de donner une consultation juridique, trouve son fondement dans les dispositions de l’article 96 de la Charte des Nations Unies et dans celles de l’article 65 de chapitre IV du Statut de la Cour.

15. La demande formulée par l’Assemblée générale des Nations Unies s’inscrit à cet égard dans le prolongement d’une longue liste de demandes d’avis, adressées par l ’Assemblée générale à la Cour, écartant ainsi tout doute possible sur sa propre compétence.

16. Toutefois, si l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité sont compétents pour saisir la Cour pour avis sur «toute question juridique», les autres organes autorisés ne peuvent exercer cette saisine que sur des questions juridiques qui se poseraient dans le cadre de leur activité.

17. En l’espèce, conformément à la pratique libérale qu’elle a toujours développée, la Cour accepterait de se considérer comme valablement saisie et serait, à n’en pas douter, disposée à répondre positivement à la demande d’avis qui lui est soumise.

18. Dans tous les cas, les nombreux avis donnés par la Cour, durant plus d’un demi-siècle, ont largement et efficacement contribué à l’énoncé, à l’interprétation et au développement progressif des règles du droit international.

19. L’on peut, à cet égard, rappeler le contenu de la résolution 171 (II) de l’Assemblée générale des Nations Unies qui insistait, dès 1947, sur la nécessité pour l’Organisation des Nations Unies et pour ses organes, d’utiliser davantage les services de la Cour internationale de Justice. L’Assemblée générale considérait ainsi, dans une même résolution, «qu’il soit le plus largement fait appel à la Cour, pour le développement progressif du droit international, tant à l’occasion de litiges entre Etats qu’en matière d’interprétation constitutionnelle».

20. Consciente de son rôle dans la promotion et le développement du droit international, la Cour a plutôt eu tendance à accepter d’émettre un avis sur les différends entre Etats que l’on pourrait qualifier de politiques.

21. Aussi, en 1975, consultée au sujet du Sahara occidental, la Cour s’est-elle prononcée sur le statut juridique de ce territoire qui était pourtant appréhendé et interprété contradictoirement par les parties intéressées.

22. Auparavant, en 1971, la Cour eut à se prononcer, dans des circonstances qui peuvent rappeler celles qui entourent la demande d’avis sur l’édification du mur, contre la présence de l’Afrique du Sud dans le territoire de l’ancien Sud–Ouest africain allemand . entendons la Namibie aujourd’hui . alors que le Gouvernement sud-africain contestait la validité de la saisine.

23. En acceptant de rendre un avis sur l’édification d’un mur dans le Territoire palestinien occupé, la Cour perpétuerait utilement une longue tradition d’avis dont la finalité aura été, avant tout, de privilégier la recherche de solutions de paix et l’affirmation d’un droit dont les règles auront été précisées.

II. DES RÈGLES DE FOND AFFECTÉES PAR LA CONSTRUCTION DU MUR DANS LE TERRITOIRE
PALESTINIEN OCCUPÉ

24. La réalité de l’ouvrage construit dans le Territoire palestinien occupé ne fait point l’objet de contestation. Ceci nous dispense de revenir sur la matérialité, la composition, le tracé du mur, l’Etat d’Israël l’a reconnu, et tel qu’il apparaît dans le rapport précité du Secrétaire général des Nations Unies.

25. L’édification du mur, dans sa conception et tel qu’il se déploie en terre palestinienne, viole plusieurs catégories de règles de droit international public, à savoir des règles du jus cogens, des règles coutumières et des règles conventionnelles.

26. L’occupation par Israël du territoire palestinien ne confère pas à cet Etat des pouvoirs ou droits illimités.

27. En effet, même si les conventions de La Haye de 1907 accordent à la puissance occupante des compétences étendues sur la puissance occupante eu égard aux nécessités militaires, l’ensemble des quatre conventions de Genève sur le droit humanitaire de 1949 s’applique aux situations qui relèvent de l’occupation pour ainsi restreindre les pouvoirs de cette puissance occupante, comme le rappelle l’article 2, commun à ces quatre conventions.

28. Dès lors, l’occupation ne saurait traduire un quelconque transfert de souveraineté. Ainsi, dans le même souci de limiter les pouvoirs de la puissance occupante, l’occupation ne pourrait constituer un moyen d’annexer un territoire déterminé.

29. Elle fait appel, certes, à un régime territorial particulier, mais celui-ci est enserré dans des limites précises, comme eut à le rappeler le Tribunal militaire international de Nuremberg en 1946, et se heurte au principe aujourd’hui définitivement consacré de l’inadmissibilité de l’annexion par l’occupation. L’Assemblée générale des Nations Unies et le Conseil de sécurité y ont reconnu un principe fondamental, plusieurs fois rappelé à propos de plusieurs affaires dont celles du Liban, de la Namibie, du Koweït et même de la Palestine.

30. Il est notamment interdit à la puissance occupante de procéder à des prises d’otages ou à la déportation, de porter atteinte aux droits fondamentaux des habitants.

31. Or, la construction du mur dans le Territoire palestinien occupé s’appuie sur la réquisition de terres privées palestiniennes ou leur annexion découlant de l’incorporation de colonies juives de la Cisjordanie, et aboutit concrètement à une annexion illégale, en ce sens qu’elle tombe sous le coup d’une interdiction par la Charte des Nations Unies et par la quatrième convention de Genève sur la protection des populations civiles et leurs droits en temps de guerre.

32. Monsieur le président, Madame, Messieurs les Membres de la Cour, admettre le contraire reviendrait à accepter que la conquête soit redevenue un mode légitime d’acquisition de territoire, alors qu’elle avait été mise hors la loi en 1928 par le pacte Briand-Kellogg et, définitivement, par la Charte des Nations Unies depuis 1945. En 1970, l’Organisation des Nations Unies a confirmé solennellement cette interdiction, à travers sa déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations amicales, qui dispose que «nulle acquisition territoriale obtenue par la menace ou l’emploi de la force ne sera reconnue comme légale».

33. En manquant de suivre le tracé de la Ligne verte, ce mur en construction versera dans l’illicéité toutes les fois qu’il s’introduira dans les terres palestiniennes, et sa réalisation se heurtera à la même réprobation légitime et juridiquement fondée que celle que souleva l’annexion de Jérusalem-Est et des hauteurs du Golan.

34. La condamnation de l’annexion de Jérusalem-Est fut, en effet, prononcée par les Nations Unies en des termes d’une particulière netteté : «toutes les mesures et dispositions législatives et administratives prises par Israël, puissance occupante, qui ont modifié ou visent à modifier le caractère et le statut de la ville sainte de Jérusalem, capitale d’Israël, sont nulles et non avenues et doivent être rapportées immédiatement» (rés. AG 36/120 E du 10 novembre 1981 et rés. 52/53 du 9 décembre 1997).

35. Les autres règles du droit international violées sont aussi importantes. Ainsi, les destructions entraînées par la construction du mur occasionnent de nombreuses violations de la quatrième convention de Genève de 1949 sur le droit humanitaire, qui interdit la destruction des terres et/ou des biens ainsi que les peines collectives.

36. Par ailleurs, l’édification du mur aura provoqué de graves violations des dispositions des deux pactes internationaux de 1966, l’un sur les droits civils et politiques et, l’autre sur les droits économiques, sociaux et culturels. Ces droits méconnus comprennent, notamment, le droit à la liberté de mouvement, à la santé, à l’éducation, au travail et à l’alimentation. Monsieur le président, Madame et Messieurs les Membres de la Cour, la déclaration du Sénégal, comme vous le voyez, n’a pas été particulièrement longue parce que notre contribution écrite consigne l’essentiel des idées-forces de la position du Sénégal, et je crois que la position du Sénégal est connue, et partout en tout cas défendue sans équivoque. Je voudrais donc conclure.

CONCLUSION

37. Nous restons convaincus que la Cour reconnaîtra sa compétence pour rendre un avis sur les conséquences juridiques de l’édification du mur dans le Territoire palestinien occupé et constatera les graves violations du droit international qui en découlent. 38. Il plaît donc à la Cour de demander l’arrêt de la construction du mur et son démantèlement.

Je vous remercie de votre aimable attention.


The PRESIDENT: Thank you, Your Excellency. This concludes the oral statement and the comments of Senegal and brings to a close today’s hearings. The Court will meet again tomorrow at 10 a.m. when it will hear the Sudan, the League of Arab States and the Organization of the Islamic Conference.

The Court is adjourned.

The Court rose at 4.30 p.m.


___________

Follow UNISPAL RSS Twitter